Deux cadres de L'Anse-à-la-Croix congédiés

La Société touristique de L'Anse-à-la Croix est gestionnaire...

Agrandir

La Société touristique de L'Anse-à-la Croix est gestionnaire du site de la Nouvelle-France (photo) et du camping de Saint-Félix-d'Otis.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Des irrégularités constatées dans la gestion financière de la Société touristique de L'Anse-à-la Croix, gestionnaire du site de la Nouvelle-France et du camping de Saint-Félix-d'Otis, ont incité l'administration municipale à congédier deux membres de la direction au en juillet dernier.

De plus, une plainte a été déposée par l'administration du maire Pierre Deslauriers à la Division des crimes économiques de la Sûreté du Québec, ce qui a entraîné l'ouverture d'une enquête qui pourrait déboucher sur le dépôt d'accusations de fraude dans cette affaire.

Selon les informations obtenues par Le Quotidien, depuis le début de l'année 2017, certaines anomalies ont été constatées dans les livres comptables des deux organismes, ce qui aurait permis de découvrir certaines pratiques irrégulières.

Invité à commenter le dossier, le maire Pierre Deslauriers nous a référé à la nouvelle directrice du tourisme en poste depuis juin dernier, Brigitte Simard, qui n'a fait que confirmer un changement à la direction de la société. « Nos organismes sont en santé financière. Une décision a été prise de soutenir les organismes que nous gérons en leur offrant de la stabilité afin de donner un accès aux citoyens à des services », a indiqué Mme Simard.

Elle ajoute que Saint-Félix-d'Otis souhaite aller de l'avant avec de gros projets touristiques en continuant de développer la halte routière et la plage du lac Otis tout en caressant de gros projets pour le futur.

Le président du conseil d'administration de la société, Allen Perron, a confirmé qu'un cadre n'était plus en emploi depuis quelques semaines, tout en refusant d'expliquer les motifs des congédiements. « Je n'ai pas de commentaires à faire sur les employés de la Société », a commenté sèchement M. Perron.Du côté de la Sûreté du Québec, le porte-parole, Jean Tremblay, a mentionné qu'aucun commentaire ne sera émis pendant le déroulement de l'enquête.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer