Couvent des Ursulines: Roberval va payer la facture

Le maire de Roberval, Guy Larouche, devant le... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Le maire de Roberval, Guy Larouche, devant le Couvent des  Le maire Guy Larouche a confirmé que Roberval va débourser plus d'un demi-million de dollars pour enlever l'amiante du couvent des Ursulines afin de faciliter son passage à une nouvelle vocation.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Roberval doit payer 525 000 $ pour retirer l'amiante du couvent des Ursulines ; une condition essentielle pour voir le projet de conversion de la bâtisse historique en pharmacie et bureaux pour professionnels.

« On n'a pas le choix de le faire, que le projet se concrétise ou qu'on opte pour le projet de « ruinification » ou la démolition. Pour le conseil, c'est beaucoup plus un signal positif pour les promoteurs, pour leur dire que nous croyons en leur projet et faisons tout pour qu'il se concrétise », a exprimé le maire Guy Larouche.

Les promoteurs Julie Beaupré et Daniel Guay considéraient qu'il s'agissait d'un irritant important pour la poursuite de leurs démarches. « Nous avons l'intention de faire le projet et avons retenu un entrepreneur. Nous étions prêts pour amorcer le 15 août. On peut décaler jusqu'au 15 septembre ; attendre davantage implique des travaux d'hiver qui feraient augmenter les coûts. Il nous reste un aspect à régler concernant le feu de circulation et l'accessibilité à la pharmacie avant d'aller de l'avant », informe le gestionnaire du projet pour les promoteurs, Michel Gomolka.

Selon ce dernier, les coûts de restauration du vieux bâtiment sont évalués à environ 5 M $, ce qui n'impliquerait pas les investissements pour l'aménagement intérieur de la pharmacie et des différents locaux. 

Il reste maintenant à savoir si les travaux de décontamination à l'amiante peuvent se faire en parallèle avec le début des travaux de rénovation. Ce qui peut aider, c'est que c'est la compagnie Unibec qui a obtenu les deux contrats.

Le maire Guy Larouche a aussi signifié que deux règlements d'urbanisme avaient été modifiés afin de répondre aux besoins des promoteurs pour réaliser le projet dont la modification de la marge avant pour les stationnements. 

« Nous avons aussi des discussions concernant le 4e étage, de quelle manière la municipalité pourrait s'impliquer. Vous aurez plus d'information lors des prochains conseils », a indiqué le maire, laissant entrevoir que la ville pourrait louer des espaces pour loger des organismes communautaires.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer