Exclusif

Charles Cantin se retire de la course

Charles Cantin évoque des raisons professionnelles pour expliquer... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Charles Cantin évoque des raisons professionnelles pour expliquer son retrait de la course électorale.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Charles Cantin renonce, avec regrets, à la campagne électorale municipale de 2017 pour des raisons professionnelles, mais n'écarte pas la possibilité de tenter sa chance une autre fois. Pour le moment, il ne donne pas son appui à qui que ce soit à la mairie de Saguenay, mais pourrait le faire d'ici 48 heures.

Le criminaliste a confirmé l'information, mardi soir, au Quotidien, lors d'un entretien à son bureau de la rue Saint-Dominique. Il prend la décision à contrecoeur. Il ne cache pas sa déception, mais dit qu'il n'avait pas le choix.

« Ça me fait très mal de renoncer. J'y pense depuis un mois. J'ai décidé de faire plus de districts (judiciaires) et je veux m'impliquer un peu plus que je ne le faisais dans le bureau. Il me reste encore quelques années à faire (avocat) », note l'ex-candidat indépendant du quartier 4 de l'arrondissement de Jonquière.

« Plus j'avançais dans mon projet politique, plus je constatais que c'était plus accaparant que je ne le pensais. Les gens qui pensent que c'est facile ou que c'est comme un side-line d'être conseiller, ce n'est pas le cas. J'en ai regardé aller quelques-uns et j'ai réalisé que ce n'était pas évident. En plus, à courir deux lièvres, tu finis par les perdre », poursuit-il. 

Charles Cantin avait annoncé en novembre 2016 qu'il se lançait dans la campagne électorale municipale. Rapidement, dit-il, une équipe de bénévoles s'est formée autour de lui.

« Je suis passionné de politique, j'étais avancé dans ma campagne et j'ai pris cela à coeur dès le début. J'ai dû faire un choix déchirant, car ma pratique professionnelle m'a mené où je suis actuellement », dit-il.

S'il se retire avec regret, Charles Cantin ne fait pas pour autant un trait sur la politique. Cela l'intéresse toujours.

« Je ne veux pas que les gens pensent que j'abandonne. Mais plus la date (de l'élection) approchait, plus je voyais la charge de travail (comme conseiller municipal) et plus je constatais que mon implication professionnelle aurait pu entrer en conflit direct avec la fonction d'être un politicien honnête et accompli. Je ne fais pas une croix sur la politique. J'en ai rêvé de la politique », spécifie Charles Cantin, qui était accompagné de son organisateur Benoît Rochefort pour cette annonce.

Malgré son retrait, Charles Cantin entend suivre de très près la campagne électorale. Il ne donne pas son appui à un candidat pour le moment, mais il pourrait le faire dans 48 heures. Il a des gens à rencontrer.

« Mais je n'appuierai pas le candidat du PCS (Parti des citoyens de Saguenay). Je ne connais pas Dominic Gagnon, mais la philosophie du parti n'est pas la mienne. Je suis un indépendant », s'est-il contenté de dire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer