Travaux de recherche: Rio Tinto s'engage pour 1,7 M$

Le professeur Laszlo Kiss poursuivra des travaux de... (Archives le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le professeur Laszlo Kiss poursuivra des travaux de recherche fondamentale portant sur la dissolution de l'alumine dans les cuves.

Archives le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Rio Tinto s'engage financièrement dans la poursuite des travaux de recherche fondamentale dirigés par le professeur Laszlo Kiss, du Département des sciences appliquées de l'UQAC, portant sur la dissolution de l'alumine dans les cuves, en accordant une aide de 1,7 M $ sur cinq ans.

Frédéric Laroche, directeur du CRDA, prévoit que les... (Archives le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Frédéric Laroche, directeur du CRDA, prévoit que les travaux devraient mettre à contribution trois ou quatre chercheurs du CRDA ainsi qu'une vingtaine d'étudiants inscrits aux programmes de 1er cycle, maîtrise ou doctorat de l'UQAC et de Polytechnique.

Archives le Quotidien, Gimmy Desbiens

Le directeur du Centre Recherche et Développement Arvida de Rio Tinto, Frédéric Laroche, a confirmé l'information qu'avait d'abord évoquée la nouvelle rectrice de l'UQAC, Nicole Bouchard, la semaine dernière lors de la conférence de presse qu'elle a tenue.

M. Laroche a mentionné que l'aide à la recherche prendra la forme pour une part de 750 000 $ d'aide financière directe et pour une autre part de 1 M $ en acquisition, prêts de matériels, équipements et autres supports par l'entreprise.

Invité à vulgariser les travaux de recherche qui seront réalisés par les équipes de M. Kiss en collaboration avec l'École polytechnique de Montréal, M. Laroche a précisé qu'ils s'inscrivent dans la volonté de l'entreprise d'augmenter constamment l'ampérage de ses cuves de production. Le directeur rappelle que la production d'une tonne d'aluminium requiert deux tonnes d'alumine. Lorsqu'une aluminerie comme celle d'Alma augmente l'ampérage de ses salles de cuves de 400 000 à 440 000 ampères, il est nécessaire d'ajouter davantage d'alumine dans les cuves contenant le mélange électrolytique à base de cryolithe pour un même volume. Il y a donc la nécessité de bien comprendre le processus de dissolution de l'alumine dans le procédé Hall-Héroult, le seul procédé utilisé à l'échelle industrielle pour produire de l'aluminium.

Les travaux portant sur la dissolution de l'alumine ne constituent pas une première mondiale sauf que dans le passé, le centre de recherche d'Arvida s'était démarqué des autres travaux de recherche en augmentant la représentativité des conditions d'opération d'une cuve de production d'aluminium industrielle à l'aide d'un montage de grandes dimensions dans le cadre du projet RDCell réalisé par la Chaire sur la dissolution de l'alumine de l'UQAC.

Le directeur du CRDA ajoute que dans le contexte très compétitif du marché mondial de l'aluminium, ce genre de travaux de recherche peut avoir des retombées importantes dans un horizon de cinq à dix ans. L'accord signé constitue le troisième renouvellement dans le cadre du projet de recherche.

M. Laroche prévoit que les travaux devraient mettre à contribution trois ou quatre chercheurs du CRDA ainsi qu'une vingtaine d'étudiants inscrits aux programmes de 1er cycle, maîtrise ou doctorat de l'UQAC et de Polytechnique.

Un autre projet de recherche sur la métallurgie innovante de l'aluminium piloté par le professeur Grant Chen devrait faire l'objet d'un important financement par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNGC) ainsi que par plusieurs partenaires dans la poursuite de la Chaire industrielle existante.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer