Cannabis: «on a besoin de vos réflexions»

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, était de passage à Saguenay mardi dans le cadre de la tournée de consultations publiques sur l'encadrement du cannabis au Québec. Une trentaine de citoyens ont profité de l'occasion pour partager leurs réflexions concernant l'encadrement de la légalisation de la marijuana.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Qui pourrait vendre du cannabis ? À quel âge serait-il légal de consommer du cannabis ? À quel endroit serait-il possible de le faire ? La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, était de passage à Saguenay mardi dans le cadre de la tournée de consultations publiques sur l'encadrement du cannabis au Québec. Une trentaine de citoyens se sont présentés afin de tenter de répondre aux différentes questions qui entourent la légalisation de la marijuana.

En après-midi, trois groupes ont déposé leur mémoire sur le sujet. En soirée, une trentaine de citoyens se sont réunis pour échanger sur différents éléments entourant l'encadrement du cannabis. Ils se sont notamment penchés sur la mise en marché du cannabis et les lieux d'usage, ainsi que la prévention, la sensibilisation et les effets sur la santé.

« On a besoin de vos réflexions », a insisté la ministre Charlebois en début de rencontre. « Vous allez faire une différence. »

Après une heure d'échange en petits groupes, les participants ont résumé le fruit de leurs discussions. Tout a été noté par la ministre et son équipe.

La prise en charge par le ministère de la Santé a été l'option retenue par plusieurs des citoyens présents. 

L'idée de garnir les emballages de messages et d'images dissuasives, comme c'est le cas pour les cigarettes, a été apportée. 

Certains citoyens ont aussi avancé l'option de mettre en place un programme de surveillance afin de mesurer l'impact du projet de loi et de le réajuster par la suite. 

Certains ont aussi souligné qu'il serait bien de profiter du projet de loi pour faire du développement régional.

Un citoyen a aussi demandé à ce que la marijuana thérapeutique devienne assurable au même titre que n'importe quel autre médicament pour les personnes souffrantes. « Une prescription de quatre grammes par jour coûte 1200 $ par mois », a-t-il illustré. 

La ministre a bien pris note de cet élément qui était porté à son attention pour une première fois. 

Tournée 

Jusqu'à maintenant, la tournée de consultations a mené la ministre à Rimouski, Québec et Saguenay. Ce sera ensuite au tour des gens de Trois-Rivières, Granby, Montréal et Gatineau de s'exprimer. Les consultations prendront fin le 12 septembre.

« Ce que j'entends jusqu'à maintenant, c'est que les gens veulent un encadrement serré sous le contrôle de l'État. Nous avons à créer un projet de loi dans un cadre rigoureux. La sécurité et la santé de la population sont nos priorités. Il y a les informations des scientifiques et les informations de la population. C'est la mixité des deux qui va permettre de rédiger le projet de loi », assure la ministre qui se réjouit de la participation de la population. 

« Je suis agréablement surprise. Le niveau d'intérêt est assez marquant. Les gens veulent donner leur avis. C'est l'fun parce que nous entendons des gens de toutes les générations, autant des hommes que des femmes. »

Il est également possible de faire part de son opinion sur la question en visitant le encadrementcannabis.gouv.qc.ca/consultation. En une semaine, 8800 personnes se sont exprimées via le site Web.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer