Élan de générosité à Saint-Charles-de-Bourget

Mélyssa Bergeron et Jean-Francois Turgeon ont tout perdu... (Photo Le Progrès, Rocket Lavoie)

Agrandir

Mélyssa Bergeron et Jean-Francois Turgeon ont tout perdu dans l'incendie.

Photo Le Progrès, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« On se retrouverait tout nu dans la rue, sans la générosité de tout le monde. »

La famille compte trois enfants... (Photo Le Progrès, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

La famille compte trois enfants

Photo Le Progrès, Rocket Lavoie

Vendredi après-midi, l'odeur de brûlé était encore bien perceptible dans le chemin du Royaume à Saint-Charles-de-Bourget. La veille, la famille de Jean-François Turgeon et de Mélyssa Desjardins est revenue des courses pour trouver leur maison de style suisse en flammes. L'incendie serait dû à un bris électrique. La bâtisse est une perte totale, mais elle est assurée avec la clause valeur à neuf. Même s'il est pompier volontaire à la municipalité, le propriétaire n'a rien pu faire.

« Je me suis demandé si je restais avec ma conjointe et mes enfants, ou si j'allais chercher le camion-citerne. Finalement je me suis dit tant pis, que c'était juste du matériel. Avec le voisin, on voulait essayer de récupérer des trucs, mais ça ne vaut pas la peine de risquer sa vie pour ça », raconte Jean-François Turgeon.

La famille de trois enfants, deux fillettes de six ans et un bébé de quatre mois, loge depuis chez les parents de M. Turgeon. L'élan de générosité et de solidarité des citoyens de Saint-Charles-de-Bourget, des gens d'affaires et des amis les touche beaucoup. La pharmacie Uniprix, sur le boulevard Saint-François à Jonquière, a notamment démarré une collecte de dons.

« Hier soir, des personnes sont venues porter deux sacs de linge pour mon fils. Je me suis levé ce matin et il y avait encore d'autres gens qui proposaient de donner des vêtements, des jouets et même des électroménagers. Nos pages Facebook et nos téléphones ne dérougissent pas », indique Jean-François Turgeon.

La vague de soutien est si grande, en fait, que la famille est un peu débordée. « Le monde est tellement généreux, c'est vraiment apprécié. Le seul problème, c'est qu'on risque de recevoir des trucs en double, ou même en triple. On a beaucoup de choses à gérer avec les assurances et la rentrée scolaire. Si quelqu'un avait un garage, un endroit où l'on pourrait entreposer tous les dons et où on pourrait trier tranquillement lorsqu'on aura le temps, ce serait vraiment utile. Ce qu'il y a en trop, on le redonnerait à ceux qui en ont besoin. Là, on a un peu perdu le contrôle », réfléchit Mélyssa Desjardins, l'air plus fatigué que son conjoint.

La famille se réunit samedi pour le baptême du bébé et recevra les invités à un autre endroit à Saint-Charles-de-Bourget. « La date est prévue depuis longtemps et je ne veux pas annuler. On venait justement d'acheter la nourriture au Costco quand on est arrivé devant l'incendie, je ne veux pas me retrouver avec des provisions de hot-dogs pour une année », lance Mélyssa Desjardins.

Le couple espère pouvoir habiter dans une maison neuve pour Noël, si le dossier avance assez vite chez l'assureur. Ils n'ont eu aucune confirmation pour l'instant. « On repart notre vie à zéro », résume Jean-François Turgeon, qui travaille comme opérateur de machinerie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer