Jean-Paul Boucher tirera sa révérence

Le maire Jean-Paul Boucher ne sollicitera pas un... (Photo Le Quotidien, Dominique Gobeil)

Agrandir

Le maire Jean-Paul Boucher ne sollicitera pas un autre mandat aux citoyens de Saint-Gédéon.

Photo Le Quotidien, Dominique Gobeil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Saint-Gédéon Jean-Paul Boucher a toujours dit qu'un maximum de deux ou trois mandats était suffisant. Après 13 ans de politique municipale, il quittera donc l'hôtel de ville le 5 novembre prochain, avec tout de même le regret de voir le projet d'aménagement du rang des Îles et du chemin du Golf paralysé.

« C'est dur de partir, mais ça va faire du bien un peu de changement, avoue l'élu jeannois. Le décès dû au cancer de ma fille aînée il y a deux ans m'a aussi beaucoup affecté, il faut que je pense à moi et à ma famille. Je laisse une belle municipalité qui se développe à un rythme plaisant, avec des employés prêts à travailler. »

M. Boucher dressera bientôt un bilan aux citoyens, qu'il trouve plutôt satisfaisant. En entrevue au Quotidien, il rappelle deux dossiers qui lui pèsent sur le coeur : le projet de centre récréatif et communautaire, dont la subvention a été mise de côté en raison de l'opposition d'une partie de la population, et la réfection à près de 4 M$ des voies d'accès pour admirer les îles à l'embouchure de la rivière Petite Décharge.

« Ces routes-là sont empruntées par les cyclistes et elles sont de vrais dangers publics. À la fin, c'est pratiquement impossible de continuer en voiture tellement c'est défoncé. Pourtant, ce coin est magnifique et mériterait d'être vu par toute la population québécoise. On m'a confirmé que le gouvernement a l'argent, le décret a été obtenu, le dossier est sur le bureau du premier ministre Philippe Couillard, mais il n'y a pas d'annonce qui se fait », déplore Jean-Paul Boucher.

Le maire fait des suivis régulièrement depuis des années, mais les rencontres sont toujours repoussées. Il en est venu à se poser des questions, surtout quand il voit des investissements dans la circonscription voisine de M. Couillard.

Jean-Paul Boucher demeure motivé à travailler fort jusqu'au 5 novembre. « Je ne lâcherai pas ces dossiers-là », assure-t-il. Le maire souligne des projets qui se déroulent bien, comme le marché public, la patinoire, le parc de planches à roulettes et le parc communautaire à côté de la marina Belle-Rivière. Ce dernier a nécessité des investissements d'environ 350 000 $ en partenariat avec Développement économique Canada.

Succession

« On a besoin de personnes qui veulent aider le développement de Saint-Gédéon », croit Jean-Paul Boucher, qui a bien hâte de lire le programme électoral des prochains aspirants maires. Il en connaît déjà quatre qui sont intéressés, mais qui attendent encore un peu avant de se manifester publiquement. Le maire sortant attend une campagne respectueuse et honnête. Il ne sera toutefois pas présent pour voir les débuts de son successeur.

« Je pars six mois dans mon condo en Floride pour faire le vide. On m'a proposé des choses, mais j'ai refusé pour l'instant. Je ne ferme la porte à rien », indique M. Boucher, qui ne fait donc pas une croix sur une suite en politique provinciale ou fédérale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer