Un cavreau à patates!

Cette pièce serait un simple cavreau à patates... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Cette pièce serait un simple cavreau à patates abandonné depuis la fermeture de Saint-Jean-Vianney en 1971.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

La mystérieuse pièce souterraine découverte à Saint-Jean-Vianney par des amateurs de véhicules hors route ne serait qu'un cavreau à patates, a assuré un ancien résidant du village fermé en 1971, Alain Blackburn.

«C'est le cavreau à patates de mon oncle Pit Blackburn, a-t-il assuré lors d'un entretien téléphonique avec Le Quotidien. J'ai même participé à la construction vers 1960-1965. Il y a deux ouvertures sur le dessus. Le plafond a un pied d'épais et est en béton armé. Il y avait un hangar là-dessus où il rangeait des instruments aratoires.»

Les cavreaux à patates étaient utilisés autrefois pour conserver les fruits et légumes sur de longues périodes.

Alain Blackburn affirme qu'il est sûr de lui, car il y va encore fréquemment et sait exactement où il se trouve.

«On dit que je suis le Fred Pellerin de Saint-Jean Vianney. Je fais visiter ce village-là à des gens de partout dans le monde. Ce cavreau-là, j'y vais souvent. Je me suis souvent mis la face dans le trou que vous voyez», a-t-il poursuivi.

Plus tôt dans la journée, une autre personne, Huguette Gravel de Chicoutimi-Nord, avait contacté le journal pour dire qu'elle reconnaissait le cavreau à patates de son père.

Lors du premier appel, elle était certaine de bien reconnaître le cavreau à patates de son père John Gravel. Toutefois, lorsque Le Quotidien l'a contactée de nouveau pour lui présenter la version d'Alain Blackburn, elle a dit qu'elle se trompait peut-être et que M. Blackburn était une personne fiable. La maison des Gravel était située près de l'église alors que celle des Blackburn se trouvait à l'écart du village.

L'ancien village de Saint-Jean-Vianney a été le théâtre d'un dramatique glissement de terrain le 4 mai 1971. Au total, 31 personnes avaient perdu la vie alors que plusieurs dizaines de maisons avaient été engouffrées.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer