Découverte inusitée à Saint-Jean-Vianney

Des amateurs de hors route de Saint-Jean-Vianney sont... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Des amateurs de hors route de Saint-Jean-Vianney sont tombés sur une mystérieuse pièce souterraine.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Des amateurs de hors route ont fait une découverte des plus surprenantes dimanche à Saint-Jean-Vianney, lorsque la roue d'un Jeep est restée coincée dans un trou. En tentant de sortir le véhicule de sa fâcheuse position, ils ont plutôt découvert qu'il s'était enlisé dans l'ouverture d'une pièce souterraine.

François Larouche et ses compagnons de hors route sont passés dans un secteur où ils n'avaient pas encore mis les roues, dimanche après-midi. À quelques dizaines de mètres de la route principale, un trou est apparu sous un des véhicules, dans un secteur où il n'y a aucun sentier.

C'est après le passage de trois ou quatre véhicules que la terre a cédé sous le poids d'un Jeep.

En s'approchant du trou d'une largeur d'environ un mètre, les amateurs de tout-terrain se sont aperçus qu'il s'agissait plutôt d'une ouverture donnant accès à un espace souterrain d'environ 20 pieds par 30 pieds.

François Larouche et ses compagnons de hors route... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

François Larouche et ses compagnons de hors route sont passés dans un secteur où ils n'avaient pas encore mis les roues, dimanche après-midi.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

C'est après le passage de trois ou quatre... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.1

Agrandir

C'est après le passage de trois ou quatre véhicules que la terre a cédé sous le poids d'un Jeep.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

«On est passés plusieurs, puis un des véhicules est resté pris. Quand on est arrivés pour le sortir, on a vu le trou. On a vu qu'il y avait une pièce sous la terre. Il y a des murs», s'étonne encore François Larouche qui a conduit l'équipe du Quotidien jusqu'à l'espace souterrain. «On est allés à l'intérieur. C'est grand, c'est frais. Il n'y a qu'une seule entrée. À l'intérieur, il n'y a rien. Il n'y a pas eu de bestioles ici. C'est frais.» 

Les quatre murs sont formés de blocs de béton et arborent quelques armatures de métal. Des fils pendent du plafond, lui aussi fait de béton. Une poutre de métal trône au centre de la pièce. 

Dans une extrémité de l'espace, une ouverture dans le toit a laissé pénétrer le sable qui a formé un amoncellement important au sol. 

Dans un coin, deux des trois pentures d'une porte sont visibles, ce qui permet d'imaginer que l'espace pourrait être plus profond. 

«Ça fait au moins 10 pieds de hauteur», estime François Larouche. 

Ce dernier ne croit pas à l'hypothèse qu'il s'agisse d'un sous-sol de maison. «Le toit est arrondi. Je crois que ça peut être un caveau à patates, ou encore un bunker pour le village. » 

De l'extérieur, impossible de savoir qu'une pièce se cachait sous le sol. Des arbres matures ont poussé au-dessus de la structure, ce qui confirme que plusieurs dizaines d'années se sont écoulées depuis sa mise en place. 

«On aimerait bien savoir ce que c'est. En tout cas, c'est toute une découverte!»

Lorsqu'on entre par le trou, une pente de... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 3.0

Agrandir

Lorsqu'on entre par le trou, une pente de terre permet de descendre au fond de la pièce souterraine.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Un ajout intéressant à la liste des vestiges

La pièce souterraine trouvée par des amateurs de hors route à Saint-Jean-Vianney pourrait s'ajouter à la liste de vestiges du site. La conseillère du secteur Julie Dufour n'avait par encore vu de visu la structure souterraine lundi soir, mais elle n'écarte pas la possibilité qu'il s'agisse d'une découverte.

«Plusieurs hypothèses peuvent être envisagées quant à la nature de l'espace. Ça pourrait être un caveau, ou un vide sanitaire. La cave de l'école a déjà été visitée par des gens par le passé, mais les photos démontrent qu'il ne s'agit pas de la même structure», a-t-elle affirmé lors d'un entretien téléphonique avec Le Quotidien. 

Julie Dufour estime qu'il pourrait s'agir d'une structure dont personne ne connaissait l'existence. «Ça semble être une découverte. On ne peut rien confirmer pour l'instant, mais des gens qui connaissent bien le secteur iront voir dès mardi.» 

La conseillère municipale travaille depuis trois ans à la mise sur pied d'un projet de développement pour le secteur qui permettrait de marier écologie, récréation et tourisme. Le travail est fait en collaboration avec divers organismes et consultants. 

Le plan de développement résultant de ces années de travail sera justement déposé par un consultant au Comité d'aménagement, de génie et d'urbanisme (CAGU) de Saguenay mardi. 

Pour la conseillère, la découverte de la pièce souterraine vient prouver qu'il est nécessaire de veiller à la mise en valeur du site. 

«Ça prouve encore une fois que c'est le temps qu'on mette le territoire de Saint-Jean-Vianney en valeur. Nous sommes chanceux, il y a encore des gens vivants qui vont être capables de nous expliquer ce que c'est. Il faut mettre sur pied un plan pour la mémoire pendant qu'on a encore ces gens-là. Ce sont des ressources importantes», conclut-elle.

Rappel historique

Le 4 mai 1971, un tragique glissement de terrain a coûté la vie à 31 personnes à Saint-Jean-Vianney. Il était 22 h 50, un soir de séries éliminatoires de hockey, lorsqu'un bruit sourd s'est fait entendre. Le sol était en train de s'effondrer. Quarante et une maisons se sont engouffrées dans un immense trou de boue de 300 mètres de diamètre et de 60 mètres de profondeur. La municipalité a été évacuée. La majorité des maisons qui étaient toujours debout ont ensuite été déménagées à Jonquière.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer