Mort à Graphic Packaging: l'organisation remise en cause

L'organisation déficiente des travaux lors du démantèlement d'une... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

L'organisation déficiente des travaux lors du démantèlement d'une structure a mené à la chute de Guy Perron par une ouverture du plancher, alors qu'il circulait à l'intérieur du bâtiment.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu public vendredi le rapport sur l'accident qui a coûté la vie à un travailleur d'Autotech 2015 inc., le 2 mars 2017, à l'intérieur de l'usine Graphic Packaging de Jonquière. L'organisation déficiente des travaux lors du démantèlement d'une structure a mené à la chute de Guy Perron par une ouverture du plancher, alors qu'il circulait à l'intérieur du bâtiment.

Selon les faits relatés par la CNESST, la victime travaillait avec deux autres travailleurs de l'entreprise de réparation et de récupération de véhicules automobiles au démantèlement d'une structure à l'intérieur de l'usine, fermée depuis juillet 2015, à la suite de la vente des installations jonquiéroises à BayShore par Cascades. « Une fois les travaux amorcés, alors que M. Perron circulait seul à l'intérieur de l'usine sans éclairage, il est tombé par une ouverture circulaire de 1,9 mètre de diamètre dans le plancher. Il a fait une chute jusqu'au plancher du sous-sol, plus de 5 mètres plus bas », est-il inscrit dans le rapport remis aux médias. Les deux travailleurs étant sans nouvelles de M. Perron depuis un moment, ont entrepris des recherches dans le secteur des travaux. En regardant par une ouverture dans le plancher du rez-de-chaussée, un des travailleurs a aperçu M. Perron face contre terre sur le plancher du sous-sol. Immédiatement, les secours ont été appelés sur place. Le décès de M. Perron a été constaté à l'hôpital. »

La CNESST déplore qu'aucune mesure n'avait été mise en place afin de protéger les ouvertures présentes dans le plancher. À la suite de l'accident, l'accès à l'usine a été interdit jusqu'à la mise en place d'une procédure sécuritaire, ce qui a été réalisé dans les mois suivants. « La CNESST rappelle que, selon la loi, tout employeur a l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires. L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et repérer les dangers et mettre en place les moyens nécessaires pour les éliminer et les contrôler », souligne la commission qui n'a pas déterminé si le travailleur était bel et bien un employé ou un sous-traitant de BayShore pour la démolition de la structure.

« Notre enquête a porté sur l'accident en tant que tel. Le reste n'était pas de notre juridiction et on n'a donc pas été en mesure d'établir le lien d'emploi du travailleur », a expliqué le responsable des communications à la direction régionale de la CNESST, André Résendes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer