Les agents de protection de la faune prennent la vedette

Frédéric Sheehy, adjoint au soutien opérationnel au Service... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Frédéric Sheehy, adjoint au soutien opérationnel au Service de la protection de la faune.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le travail d'agent de protection de la faune existe au Québec depuis 150 ans et ce travail est toujours aussi important pour la sauvegarde du patrimoine naturel de l'ensemble des Québécois.

C'est pourquoi les agents de protection font la promotion de leur travail ces jours-ci dans la région avec le déploiement de l'Unité d'éducation mobile (UEM). Lundi, une équipe était présente sur le stationnement de l'édifice Marguerie-Belley à Jonquière afin d'expliquer aux passants le travail accompli par les 38 agents actifs au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Sensibilisation

Selon Frédéric Sheehy, adjoint au soutien opérationnel au Service de la protection de la faune, l'UEM vise à sensibiliser la population au travail des agents, mais aussi à recruter des candidats potentiels. Il rappelle que lors de son dernier budget, le gouvernement du Québec a annoncé l'octroi d'une somme supplémentaire de 25 millions $ pour la protection de la faune avec l'embauche de 40 agents supplémentaires, ce qui ferait augmenter leur nombre à 400 dans la province. M. Sheehy ajoute que les citoyens de la région ont la chance de pouvoir suivre une Attestation d'études collégiales de 1600 heures au Collège d'Alma pour devenir agent de protection.

Le travail de sensibilisation, d'enquête concernant le braconnage de chasse et de pêche, et la surveillance du territoire constituent une partie des tâches accomplies par ces agents du gouvernement. Ces tâches sont expliquées avec l'aide de l'UEM qui a été déplacée pour la première fois dans la région à partir de sa base de Québec. Mardi, elle sera présente au Jardin zoologique de Saint-Félicien. 

150 ans d'histoire

Outre ce volet, l'UEM comprend un volet muséologique destiné à souligner les 150 ans d'existence du service. Selon l'agente Villeneuve, présente sur place, les deux premiers agents de protection ont été embauchés en 1867 et ce n'est que dix ans plus tard que 21 autres ont été ajoutés. L'agente souligne que les conditions de travail n'étaient pas ce qu'elles sont aujourd'hui. À l'époque, les agents étaient payés 50 $ par année, devaient fournir leur uniforme, leur arme et leur véhicule. Leur base de travail était leur résidence principale en forêt. Ce n'est qu'en 1960 que des véhicules leur ont été fournis. Mme Villeneuve ajoute qu'en 1978, à la suite de la décision du gouvernement de « décluber » les secteurs forestiers et de créer les zones d'exploitation contrôlée (ZEC), 500 postes d'assistants de la faune ont été créés.

La présence de l'Unité d'éducation mobile, et notamment du maître-chien Stéphane Binette, permet également de connaître le rôle des chiens et des maîtres-chiens dans la détection des activités de braconnage.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer