Blackburn dit non aux compteurs d'eau

Lors d'un point de presse tenu jeudi matin,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Lors d'un point de presse tenu jeudi matin, Jean-Pierre Blackburn a déclaré qu'il a réfléchi au dossier des compteurs d'eau au cours des dernières 24 heures et en est arrivé à la conclusion qu'il fallait effacer le tableau  afin de repartir sur de nouvelles bases.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Jean-Pierre Blackburn, demande au maire Jean Tremblay de bloquer les procédures du règlement d'emprunt de 3,6 M $ affecté à l'installation de 300 compteurs d'eau résidentiels un peu partout dans la ville.

Lors d'un point de presse tenu jeudi matin, M. Blackburn a déclaré qu'il a réfléchi à ce dossier au cours des dernières 24 heures et en est arrivé à la conclusion qu'il fallait effacer le tableau afin de repartir sur de nouvelles bases. « Je m'oppose à la présence des compteurs d'eau parce qu'il faut réévaluer les options avec le nouveau conseil qui sera élu. Un tel règlement aura un impact important sur les finances de la ville et constitue une porte ouverte pour taxer les citoyens. »

Selon lui, les pertes d'eau potable dans le réseau d'aqueduc municipal constituent un autre problème et nécessitent que la nouvelle administration s'y attaque dès la première année de son mandat.

Le candidat du PCS rappelle qu'il a pris l'engagement d'augmenter l'enveloppe d'entretien du réseau routier pour la faire passer de 21 M $ à 31 M $ et qu'à l'intérieur de cette enveloppe, il sera possible de procéder à des travaux de restauration du réseau d'aqueduc en plus de l'asphaltage des rues. M. Blackburn a fait référence à la Stratégie québécoise sur l'eau potable qui exige qu'il ne faille pas dépasser un niveau de perte précis de 20 %.

Interrogé afin de déterminer si l'engagement d'investir de l'argent dans le réseau d'aqueduc n'équivaut pas à diluer l'engagement déjà pris pour l'ajout d'un dix millions supplémentaire sur le réseau routier, M. Blackburn répond qu'il faut miser également sur les subventions provenant des revenus de la taxe d'accise et du programme d'infrastructures, tout en disant ignorer quelle sera la facture pour restaurer le réseau d'aqueduc.

Il a mentionné que l'état de détérioration du réseau d'aqueduc est connu puisqu'il est caractérisé selon des cotes variant de A à D.

Sur les ondes de Radio-Canada, le maire Jean Tremblay s'est montré ouvert à retarder les procédures du règlement d'emprunt pour un mois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer