L'autoroute de l'Aluminium vers La Baie inaugurée

Le député de Dubuc à l'Assemblée nationale, Serge... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay)

Agrandir

Le député de Dubuc à l'Assemblée nationale, Serge Simard, a procédé à l'inauguration du tronçon Chicoutimi-Grande Anse de l'autoroute 70 qui portera le nouveau nom de l'autoroute de l'Aluminium. Le député a souligné le fait que ce changement de nom émane d'une idée émise par le rédacteur en chef du Quotidien/Progrès, Denis Bouchard.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six ans après la première pelletée de terre, le député de Dubuc à l'Assemblée nationale, Serge Simard, a inauguré le tronçon Chicoutimi-Grande-Anse de l'autoroute 70 qui portera dans le futur le nouveau toponyme de «L'autoroute de l'Aluminium».

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi et La Baie a été inaugurée vendredi.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Le directeur régional du ministère des Transports, Donald... (Photo Le Progrès. Michel Tremblay) - image 1.1

Agrandir

Le directeur régional du ministère des Transports, Donald Boily, a rencontré le rédacteur en chef du Quotidien/Progrès, Denis Bouchard.

Photo Le Progrès. Michel Tremblay

Dès le début de son allocution devant les maires et les fonctionnaires du ministère des Transports, Serge Simard a mis l'accent sur le respect des budgets prévus pour le projet et la livraison du projet final à l'intérieur des échéanciers. Le tronçon d'autoroute a coûté pas moins de 120 M$ pour la réalisation de 7,6 kilomètres d'autoroute à quatre voies, deux échangeurs, dix structures et 10,5 kilomètres de route secondaire et bretelles d'accès.

Quant au changement de nom de l'autoroute 70 (Alma-La Baie en 1980), il a été décidé par le premier ministre Philippe Couillard. Le député de Dubuc a confirmé que le premier ministre avait jugé l'idée émise dans un éditorial en avril par le rédacteur en chef du Quotidien et du Progrès Denis Bouchard intéressante. Il a donc demandé à la commission de toponymie du Québec un avis. L'avis a été favorable et le nouveau lien routier régional portera donc un nouveau nom.

Le ministère a jugé opportun pour l'occasion d'inviter l'éditorialiste du Quotidien et du Progrès pour la photo officielle. On a également remis à Denis Bouchard une partie du traditionnel ruban que l'on coupe pour l'inauguration officielle.

Le nouveau tronçon sera accessible pour les automobilistes ce matin. Ils pourront se rendre jusqu'au croisement du chemin de Grande-Anse avec la possibilité d'atteindre le secteur résidentiel de la 3e Escadre de Bagotville. Le nouveau tronçon comporte certaines particularités, dont un carrefour giratoire ainsi qu'une desserte industrielle pour le transport des pièces hors normes fabriquées dans les ateliers de La Baie en direction des installations portuaires.

Cette bretelle évitera aux convois spéciaux de passer sous les viaducs. Leur nombre est plus important que ce que l'on pourrait croire selon le directeur régional du ministère Donald Boily. Les entreprises pour qui cette bretelle sera utilisée ont accepté de défrayer les coûts des travaux. La bretelle sera fermée en période normale par des chevalets afin d'éviter que d'autres véhicules s'y engagent. 

«J'étais ici en 2011 pour l'inauguration des travaux et je suis fier d'assister à la réalisation de ce projet prioritaire pour le développement des échanges économiques entre le Saguenay et le Lac-Saint-Jean. Notre région s'enrichit d'un tronçon de 7,6 kilomètres entre Chicoutimi et le Chemin de la Grande-Anse qui a nécessité plus de six ans de travail et qui, parce qu'il permet de contourner les zones urbanisées, sera sans contredit l'un des plus sollicités de la région», a déclaré le député de Dubuc.

Les travaux du prochain tronçon qui permettra de compléter le tracé de l'autoroute de l'Aluminium vers l'est pour atteindre le secteur urbanisé de l'arrondissement La Baie devraient débuter en 2020 en fonction des disponibilités budgétaires du gouvernement du Québec. Selon Serge Simard, le projet est soumis aux dispositions particulières des infrastructures dont les coûts dépassent 100 M$.

«Nous avons déjà commencé les travaux préparatoires avec les expropriations nécessaires et l'ingénierie», a indiqué le député de Dubuc. Il s'agit de la seconde phase du projet global Chicoutimi-La Baie.

Il faudra attendre encore plusieurs années avant que l'autoroute de l'Aluminium atteigne Alma, la ville où l'on retrouve la plus importante aluminerie de la région ainsi que le coeur du réseau hydroélectrique de Rio Tinto. Selon Serge Simard, le dernier tronçon vers l'est sera réalisé en premier puisqu'il s'agit d'une partie où les travaux préparatoires sont avancés.

Le ministère entend toutefois développer le projet du dernier tronçon en même temps avec certaines initiatives comme l'optimisation du tracé sud qui a été à l'époque retenue par la ville d'Alma.

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi et La Baie a été inaugurée vendredi.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.1

Agrandir

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi et La Baie a été inaugurée vendredi, en compagnie de plusieurs dignitaires.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Soumissions compétitives

Il s'agit d'une information peu connue, mais les entrepreneurs en travaux de génie civil de la région ou en terrassement ont une excellente crédibilité auprès du ministère des Transports. Selon le directeur Donald Boily, les soumissions déposées par les entreprises d'ici sont très compétitives par rapport à ce qui se passe dans les autres régions. Le projet inauguré vendredi a été réalisé pour un budget inférieur aux prévisions et le ministère confirme qu'il n'y aura pas de surprise dans les réclamations. Selon Donald Boily, cette performance est attribuable aux compétences des entrepreneurs régionaux.

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi et La Baie a été inaugurée vendredi.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay) - image 3.1

Agrandir

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi et La Baie a été inaugurée vendredi.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Présence du ministère

La direction régionale du ministère des Transports veille à conserver dans ses équipes l'expertise des travaux. Dans le projet du tronçon de La Baie, le directeur régional Donald Boily confirme que les équipes du ministère ont réalisé et conçu une partie des plans. Pendant la période de construction, les techniciens et ingénieurs du ministère ont effectué 70 % de la surveillance globale du chantier. Selon Donald Boily, les entrepreneurs apprécient faire affaire directement avec les professionnels du ministère pendant la surveillance des travaux. La présence des professionnels du ministère permet d'apporter les correctifs rapidement et ainsi éviter des retards dans les travaux.

En raison du type d'argile que l'on retrouve... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

En raison du type d'argile que l'on retrouve dans la région, il est nécessaire lors de la construction d'infrastructure de prendre des mesures pour éviter que le gel atteigne l'argile.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay) - image 4.1

Agrandir

Le nouveau tronçon de l'autoroute 70 entre Chicoutimi et La Baie a été inaugurée vendredi.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Des blocs d'isolants

Le tronçon d'autoroute mis en service samedi comporte certaines particularités techniques. Le ministère a ainsi été dans l'obligation d'utiliser la technique de l'isolation du côté ouest du pont qui enjambe la rivière du Moulin. Dans ce secteur, la route reposait sur un banc d'argile. En raison du type d'argile que l'on retrouve dans la région, il est nécessaire lors de la construction d'infrastructure de prendre des mesures pour éviter que le gel atteigne l'argile. Quand le gel entre en contact avec ce matériau, l'argile se liquéfie et devient instable. Le ministère a donc recouvert l'argile de blocs d'isolants sur une certaine distance.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer