La grêle fait des siennes au Lac-Saint-Jean

  • La tempête de vendredi n'a pas épargné le secteur de Saint-Gédéon. (Courtoisie)

    Plein écran

    La tempête de vendredi n'a pas épargné le secteur de Saint-Gédéon.

    Courtoisie

  • 1 / 8
  • Des grêlons d'un diamètre de 2 à 3,5 centimètres ont été observés au Lac-Saint-Jean. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Des grêlons d'un diamètre de 2 à 3,5 centimètres ont été observés au Lac-Saint-Jean.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 2 / 8
  • <strong></strong>Une grande partie des récoltes de la production maraîchère À Contre Vent de Saint-Gédéon est une perte totale. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Une grande partie des récoltes de la production maraîchère À Contre Vent de Saint-Gédéon est une perte totale.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 3 / 8
  • Des accumulations de grêle étaient visibles sur les terrains, plusieurs heures après la tempête. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Des accumulations de grêle étaient visibles sur les terrains, plusieurs heures après la tempête.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 4 / 8
  • Cette chaise a été trouée par les grêlons, qui étaient toujours visibles plusieurs heures après être tombés. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Cette chaise a été trouée par les grêlons, qui étaient toujours visibles plusieurs heures après être tombés.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 5 / 8
  • Plusieurs revêtements extérieurs n'ont pu résister à la grêle, particulièrement à Hébertville-Station, selon nos observations. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Plusieurs revêtements extérieurs n'ont pu résister à la grêle, particulièrement à Hébertville-Station, selon nos observations.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 6 / 8
  • Le toit du solarium d'une maison de la rue Saint-Wilbrod à Hébertville-Station a été détruit par la grêle. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Le toit du solarium d'une maison de la rue Saint-Wilbrod à Hébertville-Station a été détruit par la grêle.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 7 / 8
  • Le toit du solarium d'une maison de la rue Saint-Wilbrod à Hébertville-Station a été détruit par la grêle. (Le Progrès, Gimmy Desbiens)

    Plein écran

    Le toit du solarium d'une maison de la rue Saint-Wilbrod à Hébertville-Station a été détruit par la grêle.

    Le Progrès, Gimmy Desbiens

  • 8 / 8

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un nouvel épisode de grêle a frappé la région en milieu d'après-midi vendredi, et encore une fois, les secteurs d'Hébertville-Station et Saint-Gédéon ont semblé être les plus touchés.

La grêle a percé ce toit.... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

La grêle a percé ce toit.

Photo courtoisie

La grêle peut avoir la taille de pièces... (Photo courtoisie) - image 1.1

Agrandir

La grêle peut avoir la taille de pièces de cinq cents.

Photo courtoisie

Des grêlons pouvant atteindre la grosseur d'une balle de golf sont tombés à Hébertville-Station. Des revêtements de maisons, des voitures et des récoltes ont été endommagés. Une visite dans ces deux villes, en fin d'après-midi, alors que les citoyens recensaient l'étendue des dommages, a permis de constater que les revêtements extérieurs de plusieurs habitations n'avaient eu aucune chance, particulièrement à Hébertville-Station. Même si un certain calme était revenu, des feuilles et des branches éparpillées un peu partout dans les rues confirmaient que le vent avait soufflé avec vigueur. Selon Environnement Canada, des pointes entre 65 et 70 km/h ont été enregistrées.

Martine Fauvel, propriétaire d'une des maisons les plus touchées sur la rue Saint-Wilbrod, a permis au journaliste et au photographe du Progrès de s'aventurer sur le terrain. Le toit en plastique du solarium installé à l'arrière était une perte totale, de même que deux chaises longues. Dame Nature est encore une fois sortie gagnante de ce nouveau round. Même un gros feuillu a flanché. Il avouait sa défaite, accoté sur la maison, sans toutefois avoir causé de dommages importants.

Plusieurs heures après la tempête, des accumulations de grêle étaient encore bien visibles sur plusieurs terrains.

«Ça a duré environ cinq minutes, a raconté Mme Fauvel. Ce n'est pas nouveau pour nous, il est arrivé la même chose en 2006, mais c'était encore pire. C'est notre deuxième expérience. J'ai l'impression que c'est un corridor ici.»

Hébertville-Station est effectivement ciblée par les phénomènes météo violents.

L'an dernier, le 28 juillet, une tempête avait balayé tout le Saguenay-Lac-Saint-Jean, causant de lourds dommages sur le territoire.

Saint-Gédéon

La tempête de vendredi n'a pas épargné le secteur de Saint-Gédéon. En face de la Microbrasserie du Lac-Saint-Jean, la productrice maraîchère À Contre Vent a subi les foudres de la grêle. La propriétaire Audrey Paradis avait du mal à réaliser à quel point les dommages étaient importants. Locataire du terrain depuis cinq ans, elle en était à sa quatrième année de production, «la meilleure des quatre», a-t-elle soutenu. Seuls quelques concombres, tomates et poivrons ont été épargnés, à l'abri dans l'une des serres.

Mme Paradis se demandait ce qui allait être la suite des choses pour son entreprise, qui est sa source annuelle de revenus. Elle avait également des engagements à respecter avec des clients qui ont réservé leur panier de légumes chaque semaine tout au long de l'été.

Elle a avoué avoir le moral à plat, ajoutant qu'elle ne trouvait pas de solutions à court terme. «Elles vont venir avec le temps», a-t-elle soufflé. La productrice maraîchère a mentionné que ses champs avaient l'air d'avoir subi des bombardements de guerre. Ça veut tout dire.

Audrey Paradis compte quatre employés. Elle va prendre le temps de digérer les événements avant de penser à la suite des choses.

Forts vents à Mashteuiatsh

À Mashteuiatsh, le camping Robertson a été soufflé par de forts vents. Une trombe marine aurait été observée sur le lac Saint-Jean, selon la météorologue d'Environnement Canada, Julie Deshaies. Trois arbres ont également été déracinés, et une roulotte a été renversée par la force d'Éole. Des investigations vont permettre d'identifier le phénomène météo qui a causé ces dommages. Pour l'instant, on parlerait d'une microrafale.

Mme Deshaies a confirmé que le Saguenay-Lac-Saint-Jean avait été la région la plus touchée par des épisodes violents, du moins en se fiant au nombre de rapports enregistrés. «À Saint-Gédéon, à Hébertville et à Saint-Bruno, il y a eu des rapports de grêlons variant entre 2 et 3,5 centimètres de diamètre», a expliqué la météorologue, ajoutant que les conditions actuelles étaient favorables à la création de grêle.

«L'air froid en altitude permet un tel phénomène, qui est beaucoup plus important cette année», a-t-elle ajouté.

Sur les réseaux sociaux, il a aussi été possible de constater que des dommages auraient été enregistrés à Larouche et Lac-Kénogami, notamment.

Place au soleil

Comme le dit le dicton, le calme après la tempête. Cet adage sera confirmé au cours des prochains jours, alors que les nuages laisseront place au soleil. Les températures seront toutefois plus fraîches. Julie Deshaies a rappelé que les normales saisonnières dans la région se situent autour de 24 degrés Celsius le jour.

«Les températures devraient être près des normales ou légèrement en dessous, a-t-elle souligné. Le prochain système plus organisé devrait toucher la région mercredi soir.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer