Une pancarte «Saguenay ville blanche» au cimetière

Un ou des citoyens ont installé cette pancarte... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Un ou des citoyens ont installé cette pancarte « Saguenay ville blanche » par-dessus l'enseigne du Cimetière Saguenay à Saint-Honoré.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une affiche « Saguenay ville blanche » a été placée par-dessus l'enseigne du Cimetière Saguenay, à Saint-Honoré. Ce site est l'un des endroits ciblés pour l'inhumation éventuelle des musulmans de la région.

Un ou des citoyens ont installé cette pancarte... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Un ou des citoyens ont installé cette pancarte « Saguenay ville blanche » par-dessus l'enseigne du Cimetière Saguenay à Saint-Honoré.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Un citoyen, qui passait par le secteur, tôt jeudi matin, a remarqué le panneau et a alerté les autorités. Cette action survient quelques jours à peine après que la communauté islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean ait réitéré son projet de cimetière musulman à l'intérieur du cimetière de la Corporation des cimetières catholiques de Chicoutimi. 

Ce geste suit également de quelques jours la tenue d'un référendum dans la localité de Saint-Apollinaire, près de Québec, où la population a rejeté le projet d'implantation d'un cimetière musulman sur son territoire.

Si la pancarte a été placée à cet endroit, c'est que le Cimetière Saguenay de Saint-Honoré est l'un des endroits où les musulmans du Saguenay-Lac-Saint-Jean pourraient éventuellement être enterrés. 

L'évêché de Chicoutimi s'est montré favorable à l'idée que les citoyens de religion musulmane puissent être inhumés dans certains cimetières de la région, dont celui de la Corporation à Saint-Honoré.

Pour l'instant, personne ne sait qui a pu installer ce panneau et quel en était l'objectif.

« La porte est toute grande ouverte »

À la Corporation des cimetières catholiques de Chicoutimi, le directeur général Alain Girard a mentionné ne pas être au courant de cette histoire.

« Je ne suis pas au courant. Je n'ai pas entendu parler de ça. Il est certain que ce n'est pas notre organisation qui a installé cette pancarte. Nous espérons que c'est un cas isolé », a indiqué M. Girard, jeudi matin.

« Nous restons ouverts à la possibilité de réserver un secteur d'un cimetière pour inhumer les corps de gens de la communauté musulmane. L'événement de jeudi matin ne change rien. La porte est toute grande ouverte. Il faut savoir qu'il y a déjà des musulmans qui sont inhumés parmi des catholiques dans nos cimetières », précise Alain Girard.

Si le projet se concrétise, ça ne serait pas une première régionale. Certains cimetières régionaux ont réservé des portions de terrain pour des soeurs religieuses. Elles sont inhumées dans un cimetière conventionnel, mais ont un secteur qui leur est réservé.

Selon le porte-parole Jean Tremblay, la Sûreté du Québec entend analyser la situation de près et invite les gens qui auraient des informations à communiquer avec les autorités policières. 

Pas une première

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean avait déjà vécu un épisode similaire en 2014, lorsque des enseignes avaient été aperçues à l'entrée de Saguenay. Cela avait suscité de nombreuses réactions.

Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, ne comprend... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, ne comprend pas que de tels gestes puissent être posés.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Le maire choqué par le geste

Choqué de voir qu'une affiche indiquant « Saguenay ville blanche » a été installée sur son territoire, le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, a lui-même retiré l'écriteau placé par-dessus celle du Cimetière Saguenay.

« J'ai été choqué d'apprendre ça ce matin. C'est inacceptable une affiche comme ça. Nous sommes en 2017. J'ai appelé nos employés municipaux pour qu'ils enlèvent l'affiche, mais comme ils étaient sur un gros chantier, ils n'ont pas entendu l'appel », a mentionné le maire lors d'un entretien téléphonique.

« J'ai donc pris la décision d'aller la décrocher moi-même. La pancarte n'était pas sur notre cimetière, mais elle était placée sur le territoire de notre municipalité. Là, c'est fait. Elle n'est plus là. Il s'agit probablement d'un geste isolé, mais ce n'est vraiment pas un beau geste qui a été commis », reprend Bruno Tremblay.

Ce dernier ne comprend pas que de telles actions puissent être commises, surtout dans une région comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Notre population est tissée serrée. Je ne comprends pas. Un corps c'est un corps, peu importe la religion. Je me demande vers quel genre de débat nous nous dirigeons. En plus, le Cimetière Saguenay est l'un de ceux qui peuvent recevoir les corps des autres religions. Les gens de la religion musulmane acceptent d'être enterrés dans un cimetière catholique. Nous n'avons pas eu à ouvrir un cimetière uniquement pour les autres religions », a poursuivi le maire de Saint-Honoré, visiblement déçu de la tournure des événements.

Mgr Myers favorable à un cimetière musulman

(Denis Villeneuve) De passage au cimetière anglican-protestant de Kénogami, Mgr Bruce Myers, évêque du diocèse anglican de Québec, s'est prononcé en faveur de l'aménagement d'un cimetière destiné à la communauté musulmane.À la suite des événements survenus dernièrement à la mosquée de Québec et à Saint-Honoré, Mgr Myers a déclaré que pour toutes les traditions religieuses, peu importe qu'elles soient catholiques, protestantes, juives, anglicanes, il est important qu'elles puissent disposer d'un terrain pour enterrer leurs morts selon les rites qui leur appartiennent.

Selon lui, la tradition des cimetières fait partie de l'histoire du Québec et du Canada. «Pourquoi nos frères et soeurs musulmans n'auraient-ils pas droit à un terrain ? Si on est une société pluraliste et ouverte, je crois que c'est une obligation fondamentale », a-t-il conclu.

Mélanie Joly.... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 4.0

Agrandir

Mélanie Joly.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Mélanie Joly réagit

(Mélanie Côté) La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a réagi à l'affiche « Saguenay ville blanche » lors de son passage Arvida où elle annonçait la participation d'Ottawa dans la rénovation du Théâtre Palace Arvida. Questionnée à ce sujet par les journalistes, elle a tout de suite dénoncé le geste posé au Cimetière Saguenay de Saint-Honoré.« La diversité c'est une force. Toute forme de discrimination va être condamnée. La position du gouvernement est claire là-dessus et elle ne changera pas. C'est inacceptable. Chaque fois que des actes de discrimination auront lieu, on va les condamner. »

Mustapha Elayoubi, président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.... ((Archives)) - image 5.0

Agrandir

Mustapha Elayoubi, président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

(Archives)

«Un geste minable»

(Stéphane Bégin) Mustapha Elayoubi, fondateur de la mosquée de Chicoutimi et président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, est naturellement déçu de ce geste.« Au fond, je trouve ça presque minable. Ces gens n'ont aucun respect pour ceux qui y reposent en paix, dans une municipalité en paix et une région en paix. Aller troubler la paix d'esprit de ces morts, c'est carrément débile. Ces gens doivent se réveiller », a commenté M. Elayoubi.

« S'ils veulent que l'on se sente menacés, je vais leur dire que nous ne nous sentons pas menacés par ces groupuscules et s'ils veulent faire parler d'eux, ils pourraient trouver une autre façon de le faire. Car nous n'avons aucun problème avec la population régionale », précise celui qui a adopté le Saguenay-Lac-Saint-Jean il y a 38 ans.

M. Elayoubi a l'opportunité de discuter avec bien des gens à travers la province et il se rend compte que les citoyens de la région montrent un niveau intellectuel et de savoir supérieur à la moyenne québécoise.

« Nous sommes heureux ici et il est facile de comprendre pourquoi nous aimons la région et qu'il est agréable d'y vivre », a-t-il conclu.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer