Fosses sceptiques: l'ERD offrira une aide de 2500$

La chef de l'ERD, Josée Néron, entourée de... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

La chef de l'ERD, Josée Néron, entourée de plusieurs candidats, a présenté les grandes lignes du programme d'aide aux propriétaires de fosses septiques qu'elle entend mettre sur pied.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Si elle prend le contrôle de l'hôtel de ville de Saguenay le 5 novembre prochain, l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) entend mettre en place un nouveau programme de mise aux normes des fosses septiques qui permettrait de rembourser 50 % des travaux de réparation aux propriétaires jusqu'à concurrence de 2500 $. Une enveloppe d'un demi-million $ par année serait réservée à cette fin à compter de 2018.

À l'occasion d'un point de presse tenu à Cépal, la chef Josée Néron, accompagnée de candidats de son équipe, a mentionné que cette mesure vise autant à aider financièrement les propriétaires d'installations existantes en milieu rural que de protéger les plans d'eau potable. 

Selon le candidat Dominique Corneau, il devient important d'adopter des nouvelles mesures de protection des sources d'eau potable autant par souci d'équité envers les propriétaires que pour l'environnement. « Une mauvaise protection de l'environnement va affecter autant les eaux de baignade que la villégiature. Une mauvaise qualité de l'eau aura une incidence sur la valeur des maisons et des chalets. Si on prend l'exemple du lac Kénogami, c'est le réservoir principal d'eau potable de 100 000 personnes au Saguenay », affirme M. Corneau.

Selon les données fournies, Saguenay compte 9000 maisons unifamiliales disposant de fosses septiques sur 34 000, soit une résidence sur quatre, surtout concentrées dans les secteurs de Lac-Kénogami, Shipshaw, Canton Tremblay et La Baie.

Outre l'aspect environnemental, le candidat Michel Potvin a fait valoir qu'il ne reste plus beaucoup de propriétés non desservies par le réseau d'égout qui ne sont pas équipées d'installations septiques. La parité des taux de taxes municipales étant maintenant atteinte entre les secteurs de la ville, il est normal que celle-ci paie pour une partie des travaux de mise aux normes. « Lorsque des bris du système d'égout surviennent, c'est la ville qui répare et assume les frais. Lorsqu'il s'agit de fosses septiques, ce sont les citoyens directement touchés qui assument les coûts. »

Interrogée sur le fait que de nouvelles résidences sont construites sur les rives de plans d'eau avec l'aménagement de murets ou pelouses sans laisser en place une bande riveraine végétale, Mme Néron affirme qu'il s'agit d'un autre dossier. Selon elle, depuis 20 ans, des campagnes de sensibilisation ont été organisées sur le sujet. Dernièrement, des lettres ont été expédiées par la V ille afin d'inciter les propriétaires à se conformer à la réglementation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer