Une exposition sur le Bluenose

  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 1 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 2 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 3 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 4 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 5 / 9
  • Les visiteurs pourront en apprendre plus sur l'histoire du Bluenose original, un des plus rapides, sinon le plus rapide, navires de son époque. (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Les visiteurs pourront en apprendre plus sur l'histoire du Bluenose original, un des plus rapides, sinon le plus rapide, navires de son époque.

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 6 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 7 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 8 / 9
  •  (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Le Bluenose II n'arrive pas seulement que par le Saguenay, mais aussi par la route, alors qu'une exposition ambulante sera également présente sur le quai Agésilas-Lepage.

Le navire est le successeur du plus célèbre bateau canadien de l'histoire, le Bluenose original qui se trouve sur les pièces de dix sous depuis 1937. Le Bluenose était considéré par plusieurs comme le plus rapide navire de son époque. Il remporta à plusieurs reprises le International Fisherman's Trophy, une épreuve qui était venue remplacer l'America's Cup. Cette dernière avait été annulée en 1919 en raison des forts vents, mais qualifiés de faibles par les marins du Bluenose, qui voulaient d'une « vraie » course pour « vrais » marins. 

Arrivée depuis quelques jours, l'exposition itinérante est installée au coeur d'une remorque. Demain, elle se trouvera tout juste à côté du navire sur le quai. Les visiteurs auront donc la chance de la visiter, avant de pouvoir monter à bord.

À Gaspé avant

L'exposition et le navire étaient de passage à Gaspé du 7 au 9 juillet, dans le cadre de Rendez-vous 17. « C'était magnifique. Personnellement, c'était ma première visite. Tous les gens qui sont venus étaient très heureux », a expliqué, en anglais, Devyn Kaizer, responsable de l'exposition. Fait à noter, elle est unilingue anglophone, mais l'exposition est bilingue. Elle a été conçue par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, dans le cadre des festivités du 150e anniversaire du Canada.

À Gaspé, le navire a reçu 2500 personnes le premier jour et 2200 le second. Pour ce qui est de l'exposition, 1200 et 900 personnes ont pénétré à l'intérieur de la roulotte.

Le Bluenose II compte une vingtaine de membres d'équipages, dont une douzaine de matelots étudiants, car il s'agit d'un navire-école. Selon Mme Kaizer, quelques-uns parmi eux parlent français. Il sera donc possible pour les visiteurs unilingues francophones de pouvoir converser avec eux.

Au moment d'écrire ces lignes, le Bluenose II était amarré à Tadoussac. Après leur passage à La Baie, le navire et l'exposition se dirigeront du côté de Québec, pour la dernière escale québécoise. Par la suite, l'événement se déplacera du côté des Maritimes jusqu'à la mi-août.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer