Atteint de la S.L.A., Claude Fortin interpelle le ministre de la Santé

Annie Huard et Claude Fortin lancent un défi... (Le Progrès, Louis Potvin)

Agrandir

Annie Huard et Claude Fortin lancent un défi sportif à Philippe Couillard, Gaétan Barrette et au pneumologue Christian Allard afin de faire avancer les recherches sur la sclérose latérale amyotrophique.

Le Progrès, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien
Pour Claude Fortin, faire ses exercices est l'équivalent... (Le Progrès, Louis Potvin) - image 2.0

Agrandir

Pour Claude Fortin, faire ses exercices est l'équivalent de courir un marathon pour un athlète. « Je me bats pour attendre le traitement qui va me guérir », lance-t-il pour expliquer sa persévérance.

Le Progrès, Louis Potvin

Claude Fortin est déterminé. Il veut qu'un traitement soit trouvé pour vaincre la sclérose latérale amyotrophique. Il interpelle directement le député de Roberval Philippe Couillard et le ministre de la Santé Gaétan Barrette pour que davantage d'argent soit investi en recherche.

L'homme de 54 ans, qui lutte contre la maladie depuis sept ans, est un exemple de persévérance. Mercredi, au département de physiothérapie de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini, il a relevé un défi à sa mesure, soit de marcher une douzaine de mètres, faire des exercices de flexion sur des barres parallèles et réaliser des squats assistés. 

« Pour lui, faire tous ces exercices, c'est comme courir un marathon. Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que ça lui prend comme énergie », mentionne la physiothérapeute Édith Gauthier.

Effort colossal

En effet, on sent que simplement se lever de son fauteuil roulant pour attraper une marchette et faire quelques pas représentent un effort colossal. Il pousse l'audace à faire des mouvements de balancement par l'avant pour étirer les muscles de sa colonne vertébrale.

Après les trois séries d'exercices, il a invité « fortement » Philippe Couillard, Gaétan Barrette et le pneumologue Christian Allard à relever un défi sportif.

Si Claude est capable de faire ce défi presque tous les jours afin de s'assurer que la maladie ne prenne pas le dessus sur lui, il espère que ces trois personnalités prendront le temps de relever un défi sportif et faire un don. Et Claude exige une vidéo à l'appui.

Pierre Lavoie

L'an dernier, il avait mis au défi Pierre Lavoie de se jeter un seau d'eau glacée sur la tête pour réaliser l'« Ice bucket Challenge ». Comme le triathlète ne fait pas les choses à moitié, il a décidé plutôt de plonger dans l'eau glaciale du fjord pour nager un bon moment. Ainsi, un nouveau mouvement est né afin de soutenir la SLA. Les gens sont invités à relever un défi sportif et ensuite inciter trois autres personnes à en faire autant.

Claude avait été très reconnaissant envers Pierre Lavoie. « Il (Pierre Lavoie) a fait bouger les choses et, de plus, il est porte-parole pour la cause, c'est vraiment un grand homme. C'est mon idole, il m'inspire beaucoup », a-t-il mentionné à sa façon. En effet, la maladie l'empêche d'avoir une allocution réellement compréhensible. Sa femme Annie Huard est capable de le comprendre et « traduit » pour nous. Sinon, Claude utilise un iPad pour écrire sa pensée.

Après avoir réalisé son défi, Claude était épuisé. Pendant qu'Édith l'aidait à étirer les muscles du grand fessier, il lance : « Je me bats pour attendre le traitement qui va me guérir ». Il espère que ces paroles auront un écho auprès des politiciens.

Claude Fortin fait mentir les statistiques

Sans les traitements de physiothérapie hebdomadaires et les exercices à la maison, Claude Fortin ne serait probablement plus en vie.

Claude Fortin est atteint de la forme la plus virulente de la sclérose latérale amyotrophique : le bulbaire. L'espérance de vie est en moyenne de trois ans. « Moi, je suis atteint depuis dix ans. Je me considère très chanceux d'être encore là et d'avoir beaucoup de force dans mes poumons et mes membres. Mes médecins en sont estomaqués », mentionne Claude qui a encore 94 % de ses capacités pulmonaires.

« Il fait mentir les statistiques. Sa détermination et sa persévérance y sont pour quelque chose. Même si les exercices sont difficiles pour lui, il n'abandonne jamais », témoigne Édith Gauthier, qui lui prodigue des soins une fois par semaine.

Surtout, ces séances de physiothérapie lui font un très grand bien psychologiquement. Et au niveau physique, il ne peut pas arrêter de faire des exercices, car ses muscles vont finir par ne plus vouloir bouger.

« Ce sont les nerfs des muscles qui sont touchés. Ce que l'on nomme la spasticité. Qui donne de la lenteur dans les mouvements. La paralysie est progressive à cause des fils éclectiques qui se brisent. Ce sont les nerfs responsables des mouvements qui ne répondent plus. Il faut donc continuer à faire de la mobilisation », explique la physiothérapeute.

Cette sortie hebdomadaire est un baume pour le couple. Annie Huard peut quitter la maison et faire des courses. Comme proche aidante, elle s'occupe de son homme avec un amour et un dévouement incommensurable. « Ça fait du bien à Claude de sortir. Dans sa condition, il ne peut pas sortir beaucoup. Ça lui manque. Venir ici, ça lui fait tellement de bien. Il est très détendu après les traitements. Il travaille fort, mais après il est aux anges. C'est un service essentiel pour lui », souligne la femme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer