Place à la permaculture aux Jardins Mistouk

Les jardins Mistook comprennent une partie communautaire, que... (Photo Le Quotidien, Dominique Gobeil)

Agrandir

Les jardins Mistook comprennent une partie communautaire, que l'on peut voir sur la photo, ainsi que des terres de production agricole et des vergers.

Photo Le Quotidien, Dominique Gobeil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Alma) Nés d'une initiative citoyenne il y a deux ans, les Jardins Mistouk d'Alma entament une première saison de production importante en comptant plus de 200 familles membres. Avec une partie communautaire, des terres de production agricole biologique et des vergers, l'organisme sans but lucratif espère même devenir une des plus grandes plateformes expérimentales en permaculture.

Jeudi, c'était le lancement officiel des jardins, situés dans le secteur Saint-Coeur-de-Marie entre les rivières Mistouk et Grande Décharge. Leur superficie de 25 hectares est doublée si l'on compte également les terres situées de l'autre côté de la route 169, toutes propriété de la Ville d'Alma. Le porte-parole et vice-président du conseil d'administration Jérôme Gagnon a profité de ce « jour de fête » pour parler des projets de l'organisme.

« Les vergers et les jardins de production, qui servent à créer des paniers biologiques à nos abonnés, sont le moteur économique de l'organisme pour financer le volet communautaire, comme des activités d'éducation populaire. Il y a environ une dizaine d'hectares que nous voulons offrir à de jeunes entrepreneurs du domaine agricole pour qu'ils puissent démarrer leur projet, une sorte de pépinière d'entreprises. En partenariat avec Agrinova et l'UQAC, l'ensemble des terres serait étudié par rapport à la permaculture, ce qui ferait de nous l'une des plus grandes plateformes expérimentales en ce domaine. »

Les détails avec le centre collégial de transfert de technologie en agriculture d'Alma et l'Université du Québec à Chicoutimi sont toujours en discussion. La permaculture s'inspire du fonctionnement de la nature et permet de rendre les exploitations agricoles très productives dans le respect de l'environnement.

« De cette manière, on optimise l'espace pour être aussi productif que des fermes conventionnelles, mais dans une superficie beaucoup plus petite. On veut aussi étudier notre impact sur l'environnement. On a le potentiel d'être carboneutre, voire plus en fixant les émissions de carbone dans le sol », poursuit Jérôme Gagnon.

La culture se fait presque sans aucune machinerie aux Jardins Mistook. Bêches, binettes et grelinettes sont les principaux outils des trois employés et des bénévoles. Plusieurs légumes poussent dans les jardins de production et l'on retrouve principalement des framboisiers et des pruniers dans les vergers . Des expérimentations avec des poiriers, des pommiers et des pêchers sont aussi prévues. Des tests avec 170 plants de raisins de table sont déjà en cours avec le gouvernement du Québec. Il s'agit d'une première expérience dans un climat nordique dans la province.

« Il y a des vignes pour la fabrication du vin, mais pas pour produire des raisins sans pépins comme on en retrouve à l'épicerie », précise Jérôme Gagnon.

Le public pourra profiter des jardins dès le 14 juillet lors du premier marché fermier de la saison, avec une quinzaine de producteurs locaux (miel, pâtisseries, légumes, etc.). Il se répétera tous les samedis jusqu'à la fin des récoltes. 

La Ville d'Alma, la MRC Lac-Saint-Jean-Est et la Corporation d'innovation et développement Alma Lac-Saint-Jean-Est ont contribué au projet avec plusieurs milliers de dollars.

« Ça valorise la qualité de vie du monde agricole dans la région », croit le préfet de la MRC André Paradis, présent à la conférence de presse.

Le maire d'Alma Marc Asselin souligne l'attrait de ce genre d'initiative pour les jeunes générations. « Il y a un retour vers la terre, vers la nature, et les municipalités doivent entreprendre un virage pour les accompagner. »

Jérôme Gagnon rappelle que les Jardins Mistouk « célèbrent la vie » en permettant de faire de l'agriculture à l'échelle humaine, pour et par les citoyens.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer