L'embauche de 100 employés terminée chez Rio Tinto

Le directeur général du Complexe Jonquière, Jean-François Nadeau,... (Photo Le Progrès, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le directeur général du Complexe Jonquière, Jean-François Nadeau, et Annie Leclerc, des ressources humaines, ont participé au processus de renouvellement de la main-d'oeuvre, en collaboration avec le SNEAA.

Photo Le Progrès, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le processus d'embauche au Complexe Jonquière visant à combler les besoins opérationnels en raison des départs à la retraite a pris fin avec l'arrivée d'une centaine de nouveaux employés.

En entrevue, Jean-François Nadeau, directeur général du Complexe Jonquière, accompagné d'Annie Leclerc, partenaire au niveau des ressources humaines, ont fait le point sur le processus de renouvellement de la main-d'oeuvre entrepris avec la collaboration du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA).

En mars dernier, il était question d'embaucher 75 nouveaux employés, mais le nombre a dû être ajusté à la hausse en raison d'un plus grand nombre de départs prévus. C'est à l'Usine Arvida que les plus grands besoins ont dû être comblés avec l'entrée en fonction d'une cinquantaine d'opérateurs, surtout au Centre d'électrolyse ouest auxquels s'ajoutent 21 employés d'entretien, six cadres et autant de superviseurs et techniciens. Du côté des installations portuaires et du Roberval-Saguenay, 16 postes ont été comblés, parmi lesquels on retrouve six conducteurs de train et quatre débardeurs. L'Usine Vaudreuil a requis sept nouveaux employés parmi lesquels on retrouve quatre cadres.

Selon les données fournies, environ 2000 travailleurs sont présents dans les différentes installations du Complexe. M. Nadeau précise que la diversification se retrouve chez les recrues puisque l'âge des nouveaux employés varie entre 20 et 50 ans, ce qui constitue un avantage puisqu'il n'y aura pas de vague massive de prise de retraite dans un avenir rapproché. Des travailleurs saisonniers, d'autres oeuvrant dans des emplois industriels et des gens de métiers figurent sur la liste. Sur la centaine de nouveaux employés, 69 sont des citoyens domiciliés au Saguenay, le reste étant originaire du Lac-Saint-Jean.

Chose certaine, le travail au sein de l'industrie de l'aluminium dans la région constitue toujours un attrait puisque l'employeur a dû effectuer un premier tri parmi 3000 curriculum vitae. À partir de ces dossiers, 500 entrevues téléphoniques ont été réalisées.

Si pour certains l'embauche de cent nouveaux employés peut paraître banale, selon M. Nadeau, il suffit de penser que ça équivaut au total des emplois qu'on retrouve chez Elkem Métal, ce qui constitue un apport économique important.

 « L'embauche de nouveaux travailleurs apporte un souffle de fraîcheur dans une organisation. Ils viendront enrichir notre usine. Je suis privilégié d'avoir des employés aussi dédiés à la tâche. Dans un contexte économique difficile, ça prend des gens engagés. Je tiens à souligner l'excellente collaboration du SNEAA », conclut-il.

Comme c'est le cas depuis des décennies, Rio Tinto a poursuivi son programme d'embauche d'étudiants pendant la période estivale. Cette année, 115 étudiants de niveau universitaire figurent parmi les effectifs jusqu'en août prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer