• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Surplus budgétaires pour des travaux de voirie: une offre exclusive au Parti des citoyens de... 

Surplus budgétaires pour des travaux de voirie: une offre exclusive au Parti des citoyens de Saguenay

Dans un courriel qu'ils ont reçu le 31... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Dans un courriel qu'ils ont reçu le 31 août dernier, les neuf conseillers associés au Parti des citoyens de Saguenay étaient invités à préciser les besoins de leur circonscription électorale en termes de travaux de voirie.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les conseillers regroupés sous l'égide du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) ont eu droit à une offre exclusive pour la réalisation de travaux de voirie dans leurs districts l'an dernier.

Le 31 août dernier, Carol Néron, de la firme de planification stratégique Federcom, a envoyé un courriel aux neuf conseillers associés au parti et au président de la formation politique, René-Philippe Harvey. Le courriel, dont une copie a été acheminée au Quotidien de façon anonyme, avait pour objet : Surplus voirie 2016 exclusif aux conseillers du PCS. Carol Néron, qui se partage les mandats de communications et de planification stratégique avec l'ex-directeur adjoint du cabinet du maire, Richard Banford, expliquait que « des surplus sont disponibles en quantité limitée (sic) afin de compléter en 2016 certains travaux de voirie dans vos districts (asphaltage, trottoirs, etc.) ».

Il poursuivait en écrivant : « Veuillez m'indiquer vos priorités finales en date du 1er septembre 2016, susceptibles de faire partie de ce programme à court terme ».

Discrétion

Les élus Sylvie Gaudreault, Michel Tremblay, Réjean Hudon, Jacques Cleary, Luc Blackburn, Luc Boivin, Jean-Yves Provencher, Claude Tremblay et Martine Gauthier étaient invités à signifier leur intérêt pour l'obtention de fonds de façon discrète. Ils devaient communiquer avec « Frédéric Guérin seulement (un employé du cabinet du maire Jean Tremblay), qui se chargera d'en assurer le suivi auprès des autorités compétentes ».

« Indiquez-moi également les travaux qui pourraient faire partie du prochain plan triennal et qui pourraient être inclus dans votre futur programme électoral. Une copie de ce courriel réservé exclusivement aux membres du PCS a été envoyée à vos collègues faisant partie de l'équipe de Richard Banford », signe Carol Néron.

Nous avons demandé au service des communications de la Ville combien d'argent avait été investi dans les neuf districts concernés entre le 1er septembre et le 31 décembre 2016. Il n'a pas été possible d'obtenir les informations souhaitées et notre requête a été référée au service des affaires juridiques et du greffe pour analyse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. Nous n'avons pu obtenir d'explications auprès du président du parti, René-Philippe Harvey.

Scandaleux

Chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron juge scandaleux qu'un organisateur politique puisse passer par-dessus l'appareil municipal et ses fonctionnaires pour offrir des sommes d'argent de façon partisane à des conseillers.

« C'est totalement non-éthique et illégitime. C'est comme si le président du Parti libéral du Québec passait par-dessus le gouvernement pour favoriser des membres du parti. C'est très discutable », martèle Josée Néron.

La conseillère croit que l'effet pervers de ce modus operandi est que des travaux considérés comme prioritaires ailleurs dans la ville n'ont pu être réalisés.

« On travaille avec des gens du service du génie qui sont compétents et qui ont les outils nécessaires pour planifier et prioriser les travaux. Là, en ayant la commande de tout un chacun, des travaux prévus dans des districts qui ne sont pas représentés par des conseillers du PCS ont été tassés », ajoute-t-elle.

Le fait que des stratèges de partis puissent agir de façon à favoriser la réélection de certains conseillers est inadmissible, selon Josée Néron, qui assure que l'ERD « ne fera jamais ça ».

« Ce ne sont pas les partis qui sont mauvais, ce sont les gens derrière et le régime en place. Il faut s'assurer que ce régime ne se perpétue pas », conclut la politicienne.

Du «gangstérisme», selon Charles Cantin

Le candidat indépendant à l'échevinage dans l'arrondissement de Jonquière, Charles Cantin, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, concernant l'offre réservée aux conseillers du Parti des citoyens de Saguenay pour la réalisation de travaux de voirie dans leurs districts. Il a comparé la situation à du « gangstérisme », promettant de « partir en guerre contre cette injustice ».

« Ça, c'est du gangstérisme. Comment voulez-vous jouer à armes égales ? À même les fonds publics au détriment de ceux qui ne sont pas membres du parti. Cette situation, si elle est vraie, mérite une commission d'enquête », a écrit le candidat jonquiérois, sur sa page Facebook, mercredi en soirée.

« Bon, j'y suis peut-être allé un peu fort avec ma figure de style, mais c'est une affaire de gang pas à peu près. C'est du favoritisme au niveau budgétaire. De la pure partisanerie. Est-ce qu'il y a d'autres cas comme celui-là ? Quelle confiance peut-on avoir maintenant ? », a questionné Charles Cantin, lors d'un entretien accordé au Quotidien en soirée. De plus, il aimerait bien connaître l'opinion du chef du PCS, Jean-Pierre Blackburn, à ce sujet.

Marc Pettersen

Le conseiller municipal et candidat indépendant dans le secteur de Chicoutimi-Nord, Marc Pettersen, a également dénoncé la situation.

« Scandaleux. Je comprends maintenant pourquoi mes travaux ne se faisaient pas l'an dernier », a-t-il indiqué. Patricia Rainville




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer