Alma: un nouveau nom pour la caserne Sud

La caserne sud à Alma portera désormais le... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La caserne sud à Alma portera désormais le nom de caserne Antoine-Lavoie en l'honneur d'un chef du service des policiers-pompiers qui a marqué la ville.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

La Gaspésie sur le pouce

Voyage

La Gaspésie sur le pouce

Je pars cinq jours, sans itinéraire ni réservations, le pouce en l'air. Je mets le cap vers la Gaspésie, j'aurais pu aller ailleurs. La destination est un prétexte, le chemin est le voyage. Suivez-moi. »

La caserne Sud du Service de prévention des incendies d'Alma se nomme dorénavant la caserne Antoine-Lavoie en l'honneur de celui qui a dirigé le corps de policiers-pompiers de la ville de 1953 à 1978.

Le maire Marc Asselin en a fait l'annonce lundi matin. « Le chef Lavoie a marqué l'histoire d'Alma de bien des manières », souligne-t-il par voie de communiqué. 

En effet, entré au service de l'organisation en 1948, Antoine Lavoie avait seulement 24 ans lorsqu'il a été sélectionné pour le rôle de chef, ce qui faisait de lui le plus jeune parmi les corps de policiers-pompiers au pays.

En plus de s'impliquer dans des projets de toponymie, de sports et de loisirs, Antoine Lavoie a aussi fait rayonner le service. Sous sa direction, le département incendie a notamment remporté la première classe au Canada en 1954 et le trophée Laurin pour son efficacité en 1959.

« L'ampleur de la contribution du chef Lavoie ne peut être résumée en quelques lignes et mérite d'être soulignée de façon particulière. C'est pourquoi le comité de toponymie a recommandé au conseil municipal de nommer la caserne en l'honneur de ce grand homme », explique le conseiller municipal Jocelyn Fradette, qui est président du comité de toponymie.

Marc Asselin garde un bon souvenir de l'homme qui a eu huit enfants. « Le chef Lavoie était un homme de coeur qui avait une approche paternelle avec les jeunes pour les ramener dans le droit chemin. J'ai moi-même goûté à cette formule du temps de ma jeunesse. »

Conflits

Le maire mentionne qu'Antoine Lavoie a travaillé à une époque où la vie civile était bien « mouvementée », avec les conflits entre patrons et syndicats, ainsi que les nombreuses bagarres dans les bars, entre autres.

Dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire d'Alma, la Ville compte nommer d'autres endroits significatifs pour commémorer des personnalités marquantes de la cité d'ici la fin de l'année.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer