«Après 17 ans, j'ai donné»

Denis Lebel a confirmé son retrait de la... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Denis Lebel a confirmé son retrait de la politique, lundi.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Denis Lebel est un « gagnant » et la perspective de passer plusieurs années dans l'opposition, loin de l'action, a pesé beaucoup dans sa décision de quitter la vie politique.

« Ça fait partie de la réflexion. Quand tu as été ministre senior du gouvernement et lieutenant du Québec à côté du premier ministre et qu'aujourd'hui tu as un rôle moindre, tu te poses des questions. Je le répète, le rôle d'opposition officielle est très important, mais moi j'ai connu autre chose, j'ai eu 63 ans la semaine passée. Après 17 ans en politique, j'ai donné. Je suis extrêmement fier de ce que j'ai accompli et la vie va continuer, mais cet élément a fait partie de ma réflexion je ne m'en cacherai pas », a-t-il déclaré lors d'un point de presse.

Celui qui a été ministre de Développement économique Canada, ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, ministre des Affaires intergouvernementales et président du Conseil privé était très ému lorsqu'il s'est adressé à la trentaine de sympathisants qui étaient venus assister à la conférence de presse confirmant son départ. « Je ne pensais pas que ça serait difficile comme ça. Ce n'est pas une décision facile à prendre. Je ne suis pas un homme de demi-mesure et j'aime m'engager en entier. Depuis dix ans à Ottawa, j'avais le sentiment d'avoir atteint mes objectifs et avec le privilège d'être le bras droit du premier ministre. J'ai eu surtout l'honneur de servir la population du comté et de l'ensemble de la région et ça j'en serai toujours reconnaissant », a-t-il mentionné sous les yeux attendris et remplis de fierté de sa femme Danielle, sa fille Marie-Ève et sa petite-fille Érica.

Il a d'ailleurs remercié Stephen Harper pour la confiance qu'il lui a accordée. Il a surtout insisté sur les électeurs qui lui ont permis de l'élire au cours de toutes ces années.

Pas intéressé par la mairie de Roberval

Cette annonce de démissionner en milieu de mandat n'est pas pour se préparer à faire un saut à un autre niveau politique. Certains pensaient qu'il pourrait se présenter à la mairie de Roberval ou candidat libéral provincial dans une autre circonscription.

Denis Lebel laisse la politique pour un certain temps. C'est probablement un défi dans le privé ou une pour organisation qui l'attend. « La politique ne quittera jamais Denis Lebel, mais Denis Lebel quitte la politique. Je tire un trait sur cette période de ma vie et j'ai été heureux de servir. Là je vais passer à une autre étape de ma vie. Je ne laisse pas mon rôle de député dans le but de faire autre chose au niveau politique. Vous verrez dans quelques semaines les raisons pour lesquelles Denis Lebel a quitté la vie politique », a-t-il laissé sous-entendre.

Il y aura donc une élection partielle et Denis Lebel épaulera le prochain candidat conservateur pour le faire élire. Il estime que la base conservatrice est encore bien solide dans la circonscription.

Héritage

N'étant pas le genre à vouloir se vanter, Denis Lebel a tout de même énuméré quelques réalisations dont il était fier, dont la marina de Roberval, la subvention importante pour le plan de développement du Village historique de Val-Jalbert et la contribution de son gouvernement dans la Véloroute des Bleuets. Pour la région, il a mentionné l'usine d'extrusion d'aluminium à Alma, le Centre d'essaimage à l'UQAC et les hangars à l'aéroport de Bagotville.

Son plus grand regret : ne pas avoir réussi à régler le problème de téléphonie cellulaire sur la 155 entre Lac-Bouchette et La Tuque. « Mais ce dont je suis le plus fier, c'est ce que je vis ce matin (hier), après 17 ans de vie politique. J'ai conservé ma famille et mes amis qui sont venus me supporter aujourd'hui », a-t-il lancé.

Les gens l'ont alors chaudement applaudi avant qu'il ne quitte la salle pour se rendre en voiture à Ottawa pour siéger jusqu'à la fin de la session parlementaire comme député de Lac-Saint-Jean. Denis Lebel deviendra « simple » citoyen au début du mois d'août.

Sa carrière en huit temps forts

1- Avant la politique

Avant d'occuper des fonctions publiques, Denis Lebel a été fonctionnaire, restaurateur et propriétaire d'une entreprise de distribution, après s'être distingué dans son milieu comme athlète accompli. Reconnu pour être membre du Bloc québécois jusqu'en 2001, il passe par l'Ermitage de Lac-Bouchette et le Village historique de Val-Jalbert, où il est directeur général.

2- Maire

Élu maire de Roberval en 2000, il conservera la fonction jusqu'en 2007

3- Député

Le 17 septembre 2007, il est élu député de la circonscription fédérale de Roberval-Lac-Saint-Jean, lors d'une élection partielle rendue nécessaire par le départ de Michel Gauthier (bloquiste)

4- Ministre

• Le 30 octobre 2008, il est nommé ministre d'État pour l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec. 

• Réélu en mai 2011, il obtient un poste de ministre de plein droit, étant nommé ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités, ainsi que ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec.

• Juillet 2013. Il perd la charge des Transports et son titre officiel devient ministre de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales.

5- Responsable de la campagne

 En vue de l'élection générale de novembre 2015, il prend en charge la campagne des conservateurs au Québec et fait passer le nombre de députés à 12.

6- Porte-parole de l'opposition

 Après la défaite des conservateurs, en novembre 2015, il est nommé porte-parole de l'opposition officielle pour les Affaires intergouvernementales.

7- Chef adjoint

Le 17 novembre 2015, il est nommé chef adjoint du Parti conservateur. Rona Ambrose est nommée chef par intérim.

8- Démission

Le 19 juin 2017, il annonce sa démission à titre de député de la Chambre des communes lors d'une conférence de presse tenue à Roberval.

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Jean Tremblay surpris et attristé

(Normand Boivin) - Le maire Jean Tremblay est surpris et attristé d'apprendre le départ de Denis Lebel. Attristé, car selon lui, la région perd un excellent allié qui a été d'une aide précieuse pour Saguenay, surtout à l'époque où il était ministre.

« C'est un député qui avait beaucoup d'influence et qui a aidé toute la région. La desserte ferroviaire, c'est grâce à lui et ça nous a amené le projet de BlackRock (projet de transformation du minerai à Grande-Anse). Sans Denis, on ne l'aurait pas eu. »

Dans la liste des actifs, Jean Tremblay ajoute l'incubateur pour l'industrie aérospatiale aménagé à côté du terminal de Bagotville, ainsi que le hangar de 6 M $. « Le hangar, on ne l'a pas eu, mais ce n'est pas de sa faute. C'est Josée Néron qui s'est opposée. On avait trois entreprises qui étaient prêtes à venir s'installer et elles sont ailleurs. Ça, c'est ma grosse déception. Mais l'incubateur, on ne l'a même pas payé ; on a fourni 10 % seulement et c'est un plus, car même s'il n'est pas très occupé, il ne nous coûte rien », poursuit le maire de Saguenay, ajoutant que le député de Roberval sera dur à remplacer. « C'était notre porte ouverte à Ottawa. C'est sûr que depuis qu'il était dans l'opposition, lui aussi se rendait bien compte que c'était plus difficile. Mais il me laissera un très bon souvenir, car en plus, c'est un homme agréable à côtoyer. »

Interrogé sur le dossier des douanes à Bagotville, Jean Tremblay a admis que c'était peut-être là la seule tache dans le dossier de Denis Lebel. « J'ai eu un petit peu de misère à comprendre certains de ses arguments là-dessus. Mais je ne peux pas le blâmer, il nous aidait tout le temps. Pour le reste, il était efficace. »

Ajoutant que personne n'est parfait, M. Tremblay rappelle que lui aussi devra laisser certains dossiers en plan lorsqu'il quittera la vie politique cet automne.

Ce qu'ils ont dit

«C'est une page d'histoire que nous tournons aujourd'hui, et ce, autant pour le Parti conservateur que pour notre région. Denis Lebel est un homme bien, vaillant, qui a donné beaucoup, beaucoup pour le parti, le Québec, le Canada et notre région. Il a assumé de très hautes responsabilités, et ce, avec compétences. Il était vraiment fier de représenter les citoyens de la région et de sa circonscription de Lac-Saint-Jean. Aussi, je lui souhaite une autre belle carrière, car je ne peux imaginer Denis inactif ! J'ai eu le privilège de travailler avec lui et vous me permettrez de lui souhaiter mes meilleurs voeux.»

- Jean-Pierre Blackburn, ancien député conservateur

« J'aimerais remercier et féliciter Denis Lebel pour son travail des dernières années. Il a toujours répondu présent pour les projets à Alma. L'usine d'extrusion d'aluminium et le Centre d'excellence sur les drones ne seraient pas là sans son aide pour donner de la crédibilité à nos dossiers. C'est une page qui se tourne. »

- Marc Asselin, maire d'Alma

« Denis Lebel a été le partenaire public du développement le plus efficace de la dernière décennie. Il a été à l'origine de nombreuses initiatives de repositionnement de l'économie régionale et nationale. Il avait la foi en ses entrepreneurs et les exhortait continuellement à se dépasser pour faire avancer la société. D'ailleurs, il n'a jamais manqué un rendez-vous et sa capacité exceptionnelle d'intégrer un dossier le rendra légendaire. Toute la communauté félicinoise lui souhaite une bonne retraite. »

- Gilles Potvin, maire de Saint-Félicien

« C'était notre lien au fédéral. On comprend très bien sa décision. De passer du pouvoir à l'opposition, ce n'est pas évident. Je salue sa décision. Pour Roberval, un impact majeur, c'est la marina et le centre nautique. Son implication a été majeure dans la concrétisation de ce dossier important. »

-Guy Larouche, maire de Roberval

« M. Lebel a été un travailleur acharné pour sa circonscription. C'était très agréable de travailler avec lui, car il faisait preuve d'un très grand respect. Son énergie et sa passion ont permis à notre région de se développer et de prospérer. Il a été important pour le gouvernement et il l'a été tout autant pour sa circonscription. Et il faudra retenir son héritage qu'il laisse. Je salue ce dévouement. »

-Richard Hébert, maire de Dolbeau-Mistassini

Propos recueillis par Louis Potvin et Dominique Gobeil

Couillard lui rend hommage

(Louis Tremblay) - Le premier ministre Philippe Couillard a tenu à rendre hommage au député conservateur de Roberval, Denis Lebel. Il a insisté sur le fait que Denis Lebel, quand il a occupé des fonctions de ministre, a toujours été un allié de premier plan pour le Québec dans différents dossiers majeurs. Le premier ministre a toutefois écarté certaines rumeurs voulant qu'il ait offert à Denis Lebel de se présenter sous la bannière du Parti libéral du Québec. Il a souligné que, de toute façon, Denis Lebel a fait savoir qu'il quittait la politique active.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer