Poursuite contre Sun Life: la conseillère Stéphanie Blackburn nie

Financière Sun Life... (Archives La Presse)

Agrandir

Financière Sun Life

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère financière Stéphanie Blackburn, visée par une poursuite de 11,3 millions $ conjointement avec la Financière Sun Life de Chicoutimi, nie toutes les allégations déposées contre elle et entend défendre sa cause devant les tribunaux.

Au cours des dernières semaines, une poursuite de 11 315 000 $ a été déposée en Cour supérieure du Québec (chambre civile) du Palais de justice de Chicoutimi par quatre anciens conseillers financiers rattachés à la Sun Life.

Régis Martel prétend que Mme Blackburn lui a pris à son insu des clients, alors qu'André Leblanc, Mélissa Roche et Mylène Tremblay estiment qu'elle a entaché leur réputation auprès des dirigeants de l'entreprise. 

Les quatre conseillers ont été enquêtés à l'interne et ont vu leur contrat être résilié par la suite.

« Tout ce qu'il y a dans les poursuites est faux. J'ai l'intention de me défendre et de prouver que je n'ai rien à me reprocher », explique Mme Blackburn, lors d'un entretien accordé au Quotidien.

« Les deux poursuites n'ont aucun lien entre elles. Le seul lien que l'on peut faire des cinq personnes touchées dans ces dossiers, c'est que nous avons partagé les mêmes bureaux. J'ai travaillé des dossiers avec tous les conseillers et pas particulièrement avec Régis Martel », poursuit la conseillère financière, qui est toujours rattachée à la Sun Life.

Quant aux allégations des trois autres plaignants voulant que son conjoint Patrice Girard et elle les eussent dénoncés auprès des patrons de la Sun Life, encore là, elle dément les faits.

« À titre de conseillers financiers, nous avons un code d'éthique à respecter et nous devons dénoncer des situations qui nous apparaissent illégales ou incorrectes. Nous l'avons fait, mais nous n'avons jamais identifié qui que ce soit. Si des enquêtes internes ont été réalisées ensuite, je n'ai rien à y voir », affirme-t-elle.

Stéphanie Blackburn avoue que les derniers jours n'ont pas été faciles, que sa réputation a été entachée et qu'elle est victime de son succès. 

Pas d'information

Concernant l'Autorité des marchés financiers (AMF), l'organisme chargé de la surveillance notamment des conseillers financiers, elle n'infirme ni ne confirme la tenue d'une enquête sur la situation survenue à la Financière Sun Life de Chicoutimi.

« Malheureusement, nous ne confirmons ni infirmons aucun élément rattaché à nos enquêtes, si enquête il y a », d'écrire dans un courriel Sylvain Théberge, directeur des relations médias, des affaires publiques et des communications de l'AMF.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer