Jacques Fortin se distance des partis

Candidat à la mairie de Saguenay, Jacques Fortin... (Archives Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Candidat à la mairie de Saguenay, Jacques Fortin préfère se lancer dans l'arène comme indépendant.

Archives Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le candidat indépendant à la mairie de Saguenay, Jacques Fortin, prend ses distances des partis politiques municipaux. Selon lui, l'Équipe du renouveau démocratique et le Parti des citoyens de Saguenay (PCS) ne peuvent qu'apporter la bisbille au conseil municipal. Josée Néron en a fait la preuve dans le dernier mandat tandis que le candidat Jean-Pierre Blackburn ne ferait pas le poids dans l'arène politique municipale en raison de son manque d'expérience, mentionne-t-il.

Dans le cadre d'une première sortie médiatique officielle, M. Fortin avait choisi comme arrière-scène le décor lugubre de l'ancienne usine Graphic Packaging pour lancer les grandes lignes de son programme à caractère économique. Il était en présence de l'ex-conseillère Marina Larouche qui lui a accordé son appui, et de son agent officiel, Alain Bouchard, ex-directeur de Port Saguenay.

D'entrée de jeu, le candidat a justifié le choix du site en décrépitude par la nécessité de tirer une leçon du passé. 

« Le prochain conseil devra être uni. Avec un parti politique au pouvoir, on sera loin de l'unification du conseil. Plusieurs personnes se sont battues pour sauver l'usine, dont le député Sylvain Gaudreault et le conseiller Jonathan Tremblay. Ça fait deux ans que l'usine est fermée et deux comités de travail ont été formés pour trouver des initiatives. »

Le candidat ajoute que la fermeture de l'usine a été un drame aux plans économique et familial, entraînant des départs à l'extérieur de la région. En plus, la ville fait face à une facture de taxes impayées de près de 1 M $ en plus de représenter un risque pour la sécurité du public comme les événements l'ont démontré avec le décès d'un travailleur, en mars dernier.

Dans le contexte de délocalisation des entreprises, M. Fortin croit qu'il est important de mobiliser les élus, patrons et syndicats pour aider les entreprises en leur procurant des avantages à s'installer à Saguenay. Il a rappelé que Saguenay a adopté un programme de crédits de taxes étalé sur dix ans pour aider les entreprises. Une politique d'achat local, une meilleure collaboration entre les intervenants et la création d'incubateurs d'entreprises sont autant de mesures qu'il entend mettre de l'avant.

Le candidat reprend un des engagements de son adversaire Jean-Pierre Blackburn en voulant modifier le schéma d'aménagement de façon à alléger la tâche aux investisseurs. Selon lui, construire une remise est devenu compliqué à Saguenay tandis que les fonctionnaires sont devenus des briseurs de rêves pour les gens qui ont des projets et de l'argent à investir. « C'est ce qui explique que de 400 à 500 maisons ont été construites en dehors de la ville ces dernières années », croit-il.

Promotion Saguenay

Concernant la gestion de Promotion Saguenay, M. Fortin s'engage à y apporter plus de transparence. Il entend désigner au sein du conseil d'administration des élus de façon à rendre imputable l'organisme. Il est allé jusqu'à proposer que l'organisme puisse changer de nom.

Au chapitre culturel, le conseiller entend promouvoir certains événements comme Regard sur le court métrage ou Zoom Photo Festival Saguenay afin d'attirer davantage de touristes tout en offrant des crédits de taxes pour les organismes oeuvrant en culture et les artisans. Des investissements technologiques pour rendre le réseau sans fil accessible au centre-ville et aider les entreprises à innover en vision numérique figurent à son agenda.

Tout en décochant quelques flèches à l'endroit de l'ERD, M. Fortin s'en prend indirectement à son adversaire Jean-Pierre Blackburn en affirmant qu'il possède l'expérience pour devenir maire puisqu'il siège au conseil municipal depuis 24 ans. 

Selon lui, s'il devient maire, Jean-Pierre Blackburn devra consacrer deux ans de son mandat à apprendre les rouages de l'appareil politique municipal tandis que lui possède l'expérience pour occuper le poste rapidement.

En ce qui a trait aux rumeurs circulant voulant qu'il ait posé sa candidature dans l'intention de diviser le vote de Chicoutimi pour favoriser M. Blackburn, M. Fortin affirme qu'il s'agit de rumeurs colportées par les deux partis politiques. 

« Il y a des gens qui croient en moi. Je ne voulais pas vivre avec des partis politiques au pouvoir. Je veux être maire sinon c'est fini la politique. Je ne suis pas là pour m'amuser. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer