Aluminium: Jacques exclut de gros investissements à court terme

Jean-Sébastien Jacques... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Jean-Sébastien Jacques

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Rio Tinto ne prévoit pas investir dans la construction de nouvelles installations d'envergure dans le domaine de l'aluminium, du moins à court terme.

C'est ce qu'a soutenu le grand patron de Rio Tinto Jean-Sébastien Jacques, mardi matin, devant le Forum économique international des Amériques qui se tenait à Montréal.

M. Jacques a énuméré en détail les liens qui unissent sa division aluminium et le Canada depuis plus de 100 ans, en soulignant le fait que la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean occupe une place importante au coeur de ses activités, mais que les marchés mondiaux difficiles empêchent de songer à de nouveaux investissements à brève échéance.

«Cependant, nous sommes déterminés à travailler avec le gouvernement du Québec et avec nos partenaires de la province pour veiller à ce que nos établissements demeurent forts au cours des prochaines décennies. Ensemble, nous devons innover et trouver des moyens de devenir encore plus concurrentiels face aux producteurs d'aluminium à faible coût provenant de pays comme la Chine, la Russie et le Moyen-Orient», a-t-il poursuivi.

De fait, le PDG de Rio Tinto a souligné que grâce à l'hydroélectricité on peut entrevoir des perspectives à long terme solides pour l'aluminium «vert» produit au Canada dans le marché clé de l'Amérique du Nord où, selon M. Jacques, la demande de l'industrie automobile devrait augmenter.

Là-dessus, Jean-Sébastien Jacques a insisté sur l'interrelation qu'ont les producteurs canadiens et les transformateurs des deux côtés de la frontière: «On estime que certaines pièces automobiles font jusqu'à six voyages à valeur ajoutée par la frontière canado-américaine avant d'être intégrées à un produit fini. Manifestement, les deux pays profitent largement de ce partenariat. Les États-Unis ont accès à de l'aluminium canadien fiable et de grande qualité, produit de façon responsable. Et les 9000 Canadiens qui travaillent dans l'industrie de l'aluminium livrent un produit phare au secteur de la transformation de l'aluminium aux États-Unis, qui emploie plus de

150 000 Américains. Cette relation est un exemple éloquent des avantages du commerce équitable, où les producteurs d'aluminium canadiens et les transformateurs et fabricants américains mènent leurs activités au sein d'une seule et même chaîne d'approvisionnement intégrée.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer