La nouvelle passerelle de la rivière aux Écorces inaugurée

L'infrastructure de 234 pieds de longueur, fabriquée en... (Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

L'infrastructure de 234 pieds de longueur, fabriquée en acier et en bois, permettra d'assurer une plus grande sécurité pour les motoneigistes et bénévoles affectés à l'entretien du sentier en plus d'allonger la saison des amateurs.

Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le secteur du Lac-Saint-Jean vient de renforcer sa position de porte d'entrée régionale pour les motoneigistes de l'ensemble du Québec avec l'inauguration de la nouvelle passerelle surplombant la rivière aux Écorces, sur le sentier Trans-Québec no 23.

La nouvelle passerelle aménagée au km 52 de la route 169 a été inaugurée en présence des préfets André Paradis et Lawrence Potvin, respectivement de la MRC Lac-Saint-Jean-Est et Maria-Chapdelaine, et quelques membres de la direction du club. Elle a été aménagée au coût de 800 000 $ provenant à parts égales par Développement économique Canada (DEC) et le Programme de développement économique du Québec (PDEQ) géré par le ministère des Transports.

L'infrastructure de 234 pieds de longueur, fabriquée en acier et de bois, permettra d'assurer une plus grande sécurité pour les motoneigistes et bénévoles affectés à l'entretien du sentier en plus d'allonger la saison des amateurs, a expliqué Gaétan Gagné, président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean.

Gel tardif

M. Gagné a expliqué que dans un hiver normal, la couche de glace sur la rivière aux Écorces ne devient assez épaisse pour y circuler qu'au début du mois de janvier alors que la saison de motoneige débute généralement au début de décembre dans ce secteur enneigé. Les motononeigistes ainsi que la surfaceuse nécessaire à l'entretien devaient donc emprunter le pont affecté à la circulation routière situé en amont, augmentant ainsi les risques d'accident.

Le Club Lac-Saint-Jean-Est, mentionne son président, travaille sur ce projet de passerelle depuis une bonne dizaine d'années. Plusieurs écueils ont failli faire achopper le dossier. 

Les premières évaluations estimaient à 1,2 M $ le projet. « DEC avait accordé 600 000 $ pour la construction, mais on n'était pas capable de financer le deuxième 600 000 $. On a pu faire sortir des estimations à 800 000 $. Finalement, on a pu obtenir 400 000 $ de DEC et Québec a décidé d'embarquer pour l'autre 400 000 $ », affirme M. Gagné.

Ce dernier n'a pas manqué de souligner le travail de Daniel Simard, vice-président du club, qui, avec sa ténacité, a pu boucler le financement nécessaire.

Travaux 

Les travaux d'aménagement de la passerelle, réalisés par la firme Proco Métal, ont été amorcés le 29 novembre et ont pris fin le 28 mars dernier, soit quelques jours avant l'échéancier fixé par DEC Canada.

Après avoir procédé au glaçage des deux rives, deux grues d'une capacité de 230 tonnes et de 100 tonnes ont soulevé les deux sections de passerelles d'une longueur de 100 et 134 pieds qui n'ont eu qu'à être boulonnées au-dessus de la rivière par les travailleurs de Proco. L'opération n'aura duré qu'une demi-heure. Les ingénieurs ont dû tenir compte de l'expansion de l'acier qui peut s'allonger de quatre à six pouces selon la température pour l'aménagement des culées.

M. Gauthier a mentionné qu'avec ce projet, le secteur Lac-Saint-Jean consolide sa situation de porte d'entrée vers le Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

L'aménagement du relais de Mont-Apica et de l'observatoire ainsi que le projet futur d'aménagement de trois passerelles dans le secteur Dolbeau-Mistassini constituent d'autres projets qui contribueront à renforcer la situation du Lac-Saint-Jean. Le Club Lac-Saint-Jean étudie la possibilité de procéder à l'agrandissement du relais.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer