Promotion Saguenay: Josée Néron veut faire le ménage

Programme électoral à la main, la candidate à... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Programme électoral à la main, la candidate à la mairie Josée Néron a élaboré plusieurs sujets lors de son passage au Cercle de presse du Saguenay, mercredi matin.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Josée Néron entend analyser la situation de toutes les personnes qui occupent des postes dans des organismes paramunicipaux si elle est élue mairesse, à commencer par Promotion Saguenay, qu'elle a qualifié d'outil de propagande pour l'administration municipale.

La candidate à la mairie était de passage au Cercle de presse du Saguenay, mercredi matin, pour discuter de plusieurs sujets, en plus de parler de son programme électoral de 28 pages.

Mme Néron a remis trois graphiques aux médias afin d'appuyer ses faits. Selon ces documents, les budgets ont augmenté à chacune des années électorales. Par exemple, 1,2 M $ ont été investis dans le volet « promotion et communications » en 2013, soit plus de 200 000 $ de plus qu'en 2011.

Le budget de « contribution dans des projets et frais d'études » a lui aussi grimpé en 2013 (plus de 2 M $), tout comme celui de « soutien aux activités et au développement d'organismes, d'entreprises et autres » (plus de 3,5 M $).

« C'est de l'argent qui aurait dû être utilisé autrement pour le développement de la ville, et non pas pour la promotion de l'administration en place », a souligné Josée Néron, ajoutant qu'elle allait procéder à l'analyse du personnel en place si elle est élue première citoyenne de Saguenay.

« On va placer les personnes aux bons endroits et on va s'assurer que les gens qui occupent ces postes ont les compétences nécessaires pour faire ce qu'ils ont à faire. »

La chef de l'Équipe du renouveau démocratique a toutefois émis quelques nuances. Elle ne promet pas un chambardement majeur ou encore une vague de congédiements, mais bien une réévaluation des effectifs.

« Il faut prendre le temps de s'installer, de regarder, a-t-il précisé. Il ne faut pas que ce soit vu comme une vendetta. D'ailleurs, je ne pense pas que la population apprécierait. Il y a des gens qui ont été nommés à des postes parce qu'on n'a pas fait de processus de sélection transparent et normal. Cela dit, des personnes en poste ont les compétences requises, mais on ne leur reconnaît pas en raison de l'absence d'un processus. Peut-être que des gens ont été placés sans avoir les qualifications. À ce moment, un processus d'évaluation va le démontrer et, à partir de là, on va prendre les décisions pour replacer ou remplacer les personnes impliquées. »

Josée Néron a également rappelé que les autres candidats à la mairie avaient tous un lien avec le maire Jean Tremblay. C'est donc pourquoi elle considère qu'elle est celle qui peut assurer un vent de changement.

« Je suis la seule candidate qui n'a aucun lien avec l'ancienne administration municipale et qui a les coudées franches, a-t-elle annoncé. Je ne dois rien à personne, donc ce que je dis que je vais faire, je vais le faire. »

Arthur Gobeil prône l'équité

(Jonathan Hudon) - Arthur Gobeil promet de mettre fin au favoritisme qu'il juge omniprésent au sein de l'administration du maire Jean Tremblay. Pour ce faire, le candidat à la mairie de Saguenay veut redonner tous les pouvoirs aux conseillers municipaux.

Dans un communiqué, M. Gobeil a jeté une bonne partie du blâme sur Promotion Saguenay, dont le président est le maire actuel.

« Au cours des dernières années, les citoyens ont payé cher le favoritisme de certains conseillers pendant que d'autres avaient des difficultés à se faire entendre ou à s'exprimer, écrit Arthur Gobeil. Le favoritisme a atteint des sommets lorsque Promotion Saguenay a mené large avec ses pouvoirs en empiétant sur ceux des élus en versant des subventions aux événements locaux ou en soutenant des organismes de quartier. Dès mon élection, je vais redistribuer le budget des commandites au conseil de ville et aux conseillers de façon équitable. »

Le candidat indépendant a partagé son désir se revoir le code d'éthique dans son entièreté. Et il entend le faire respecter.

« Aucun organisme municipal n'aura de pouvoir adjacent à celui des conseillers, poursuit le comptable de profession dans le communiqué. Je propose également que les postes et fonctions occupés par les conseillers soient décidés par le conseil de ville et le tout avec une alternance aux deux ans afin d'éviter le favoritisme et des iniquités. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer