Les caribous n'iront pas à Saint-Félicien

Face à la grogne que suscitait le transfert des caribous de Val-d'Or vers le... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Face à la grogne que suscitait le transfert des caribous de Val-d'Or vers le Zoo sauvage de Saint-Félicien, le conseil d'administration de ce dernier a décidé de ne plus les accueillir.

« Ça faisait quelques semaines qu'on se questionnait à la suite des différents commentaires. Nous savions que nous étions en mesure de les accueillir et d'en prendre soin et leur offrir un milieu de vie qui correspond à nos valeurs et à notre mission. D'autres organismes avançaient qu'il était mieux de les garder dans leur habitat et s'opposaient au transfert. Alors sur cet aspect de l'accessibilité sociale, nous avons décidé d'abandonner le projet », a expliqué la directrice générale du Zoo de Saint-Félicien, Lauraine Gagnon.

Une recommandation du BAPE concernant un projet minier en Abitibi qui exigeait la tenue d'une étude sur le transfert a pesé aussi dans cette décision. 

Rappelons que depuis l'annonce par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, de transférer cette harde d'une quinzaine de caribous, de nombreuses organisations s'y étaient opposées.

Sauvetage

Le ministre accepte la décision du jardin zoologique. « Dans les circonstances où le seuil sécuritaire de 50 individus n'a pas été atteint depuis 1983, mon intention de déplacer les caribous de Val-d'Or était guidée par mon désir de les protéger et d'assurer leur survie. Je suis convaincu qu'il s'agissait du moyen le plus sûr pour favoriser leur viabilité. Étant donné la décision du zoo, le maintien de la harde dans son milieu naturel est donc la seule autre option envisageable », a-t-il déclaré.

La Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec), Nature Québec et l'Action boréale ont salué cette décision du Zoo sauvage. Même chose du côté de Greenpeace et de la Fondation David Suzuki.

« C'est encourageant de voir le Zoo de Saint-Félicien faire front à la décision insensée du gouvernement d'extraire les caribous menacés de leur habitat naturel pour les mettre dans un zoo. Le fait que les scientifiques et les peuples autochtones aient été complètement surpris par ce schéma, et l'ont seulement découvert dans les médias, montre clairement un manque de transparence et de consultation de la part du gouvernement », a déclaré le chargé de projet de la campagne Forêt de Greenpeace, Olivier Kolmel.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer