Caribous de Val-d'Or: les spécialistes saluent la « réflexion »

Nature Québec, la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) et l'Action... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Nature Québec, la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) et l'Action Boréale se réjouissent que le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, n'ait pas pris de décision finale concernant le transfert des caribous de Val-d'Or au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

« Le bon sens s'invite enfin au débat ! Alors qu'en avril, on était devant une décision exceptionnelle de transférer les derniers caribous de Val-d'Or au Zoo de Saint-Félicien, on note depuis peu un changement de ton et une volonté nouvelle d'écouter les scientifiques dans le dossier », ont affirmé les trois organisations.

Depuis que cette « possibilité » a été avancée, de nombreuses voix se sont levées pour dénoncer cette idée prise sans véritables études à l'appui selon Nature Québec, la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) et l'Action Boréale.

« D'une décision ferme, nous en sommes désormais à une intention molle qui doit faire l'objet d'expertises. Ce n'est pas encore l'annulation de la décision, mais on s'en approche, puisque des études correctement réalisées démontreront sans doute que le transfert de la harde de caribous de Val-d'Or dans un zoo est à l'opposé des bonnes pratiques en matière de protection des espèces vulnérables », pense Christian Simard, directeur général de Nature Québec.

« Les ressources disponibles pour le rétablissement du caribou forestier sont limitées et elles doivent être rapidement dirigées vers des mesures de protection de l'habitat, là où les populations sont encore viables. Le ministère doit à tout prix s'éloigner de toute décision donnant l'apparence d'une marchandisation d'une espèce en voie de disparition », a ajouté Alain Branchaud, directeur général de la SNAP Québec.

« Toute décision concernant l'avenir du caribou de Val-d'Or ne pourra se prendre sans un dialogue ouvert avec les parties intéressées. Dans le dossier du transfert au zoo, on aurait voulu contourner volontairement toutes les règles d'une consultation réalisée en bonne et due forme que l'on ne s'y serait pas pris autrement », déplore Henri Jacob, président de l'Action Boréale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer