Aide à l'industrie forestière: le fédéral a bien saisi les enjeux

Les premières réactions au programme d'aide fédérale à... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Les premières réactions au programme d'aide fédérale à l'industrie forestière dans le contexte de la guerre commerciale avec les États-Unis sur le bois d'oeuvre sont généralement favorables.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les premières réactions au programme d'aide fédérale à l'industrie forestière dans le contexte de la guerre commerciale avec les États-Unis sur le bois d'oeuvre sont généralement favorables, même si les détails du financement de 863 M$ ne sont pas encore connus.

Le président du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), André Tremblay, estime que l'annonce de jeudi midi démontre que le gouvernement canadien a bien saisi les enjeux de cette guerre commerciale et a décidé d'intervenir. D'une certaine façon, en fonction des analyses préliminaires, il estime qu'il s'agit d'un programme complémentaire à celui annoncé par le Québec qui offre des garanties de prêts de 300 M$ par année pour faire face à la surtaxe.

« Le gouvernement canadien ouvre la porte à du financement pour des projets à plus long terme ou même le refinancement pour certaines entreprises qui ont fait des investissements. Il s'agit plus d'une aide à long terme alors que Québec intervient pour nous aider à répondre à la surtaxe imposée par les Américains. C'est positif comme annonce », insiste André Tremblay.

Le syndicat Unifor, qui représente des travailleurs du secteur forestier d'un bout à l'autre du Canada, a réagi favorablement à l'annonce fédérale quelques minutes après la publication des communiqués officiels.

« Mieux vaut tard que jamais comme le dit le proverbe ! Nous sommes soulagés de constater que le gouvernement fédéral prend enfin au sérieux les demandes maintes fois exprimées par les acteurs du secteur de la forêt au Québec. Il faudra demeurer vigilant cependant afin de s'assurer que les mesures répondent aux besoins et s'arriment bien avec celles de Québec », a commenté Renaud Gagné, le grand patron d'Unifor au Québec.

Comme plusieurs autres intervenants, le syndicat doit poursuivre l'analyse de cette annonce puisque ce sont souvent les différents critères contenus dans les programmes qui font foi de tout et surtout de l'admissibilité à l'aide financière.

Plus de détails demain dans Le Quotidien.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer