Marc Girard traduit les textes de la bible

Professeur émérite, le prêtre Marc Girard prononcera une... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Professeur émérite, le prêtre Marc Girard prononcera une conférence au profit de l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem le 4 juin, au Montagnais.

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Un projet éléphantesque. C'est en ces termes que l'abbé Marc Girard décrit l'initiative dans laquelle il s'investit corps et âme depuis sept ans à l'École biblique et archéologique de Jérusalem. Le prêtre saguenéen vit dans la ville sainte trois mois par année, où il oeuvre à la traduction des textes originaux de la bible en français.

Le spécialiste des sciences bibliques, qui a agi comme professeur à l'Université du Québec pendant plus de 40 ans et à qui on a conféré le statut de professeur émérite, planche sur un projet de recherche visant la publication d'une bible en ligne. Son mandat : la traduction des trois grandes versions des textes originaux rédigés en syriaque, en grec et en latin. C'est un travail colossal et l'abbé Marc Girard lance à la blague qu'il ne sait pas trop dans quoi il s'est lancé ni s'il en verra un jour le bout.

« Je m'occupe des psaumes. Il y en a 150 et je suis au numéro 33. Il ne m'en reste que 117. Nous sommes quelques centaines de spécialistes et de collaborateurs à travailler là-dessus. C'est colossal comme projet », fait valoir l'homme de foi, qui vient tout juste de célébrer ses 50 ans de vie religieuse. Bientôt, un premier volume représentant un cinquième des tomes sera publié. 

Il faut dire que le prêtre du diocèse du Chicoutimi a plusieurs chats à fouetter. Celui qui a étudié et vécu à Rome pendant plusieurs années (il a travaillé pour Benoît XVI avant qu'il soit élu pape) a publié de nombreux ouvrages. En plus d'enseigner à l'École biblique, l'un des deux instituts catholiques les plus importants de la planète, l'abbé Marc Girard continue de faire paraître des livres. L'an dernier, l'exégète a d'ailleurs signé un ouvrage de 2040 pages en deux tomes intitulés Symboles bibliques, langage universel.

Invité de marque

Vivre à Jérusalem une partie de l'année a rendu l'abbé Marc Girard très familier avec cette ville du Proche-Orient qui se trouve au coeur des religions juive, chrétienne et musulmane. Ce n'est donc pas une surprise si la branche régionale de l'Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, une organisation qui a pour but d'aider la communauté chrétienne installée en Terre sainte, l'a invité à prononcer une conférence. L'événement aura lieu le 4 juin à l'Hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi. Marc Girard va bien sûr entretenir les quelque 200 convives présents au brunch-bénéfice au sujet de son vécu là-bas, mais il abordera aussi tout le volet lié au contexte économique, politique et social, bien entendu fort complexe.

« Je vais vraiment parler de la vie quotidienne à Jérusalem, des us et coutumes des gens là-bas, des contacts entre chrétiens et musulmans, de l'insécurité et aussi de l'espoir qui règnent dans cette partie du monde », fait-il valoir. 

La conférence de l'abbé Marc Girard portera également sur des éléments historiques et archéologiques, alors que le prêtre présentera des images d'objets retrouvés en Terre sainte. Le professeur, qui habite Jérusalem Est (la partie arabe) entre février et avril de chaque année, abordera certains événements dont il a été témoin. Particulièrement ceux de l'an dernier, alors que la situation politique était particulièrement tendue.

« Disons que là-bas, je vis dans des conditions un peu plus spartiates qu'ici. L'année dernière, tous les jours pendant deux semaines, il y a eu un attentat à quatre minutes de marche de chez nous », met-il en relief. 

Les choses se sont calmées un peu et le prêtre n'hésite pas à sortir marcher tous les soirs pour rencontrer les habitants de la place et faire de nouvelles découvertes.

« C'est un peu comme se promener à Montréal-Nord », image le religieux de 71 ans, grand érudit et polyglotte. Marc Girard parle sept langues couramment. Il est reconnu par ses pairs pour sa capacité d'avoir un regard critique sur l'Église et la religion catholique. Philosophe, il demeure convaincu que la Bible s'adresse à tous les êtres humains, peu importe leur couleur, leur religion ou leur provenance.

37 adultes confirmés dimanche dernier

Lorsqu'il est au Saguenay, l'abbé Marc Girard a une certaine marge de manoeuvre en ce qui concerne les missions qu'il souhaite accomplir sur le périmètre du diocèse. Grand ami de Mgr André Rivest, il épaule l'évêque à la santé chancelante et le relève de certaines tâches. Comme, par exemple, confirmer 37 adultes de la paroisse Saint-Alexis, à La Baie, dimanche dernier. 

Une première depuis très longtemps

Aux dires du prêtre, c'était la première fois qu'autant de personnes recevaient le sacrement en même temps depuis que les élèves du primaire ne font plus de catéchèse. 

« Oui, c'est souvent pour des questions de marrainage et de parrainage ou pour des gens qui souhaitent se marier. Mais souvent, c'est une question de choix et c'est le fruit d'un cheminement personnel. On a un très beau groupe de jeunes adultes qui ont un parcours universitaire ou collégial et qui ont fait le choix d'être confirmés. C'est l'occasion pour l'église de faire une catéchèse. C'est une bonne graine de semée. Par la suite, il ne reste qu'à l'arroser », image le prêtre.

Dans le tombeau du Christ une fois l'an

Une fois par année, l'abbé Marc Girard accompagne un petit groupe d'étudiants de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem dans le tombeau du Christ pour y célébrer une messe. Il en glissera un mot à son auditoire lors de la conférence de la fin de semaine, organisée dans le but d'amasser des fonds pour l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, une organisation internationale sous l'autorité du pape. « C'est un endroit avéré, assuré. C'est l'oeuf de la chrétienté, ce qui est très intéressant pour moi et pour les étudiants internationaux qui m'accompagnent », note l'abbé Marc Girard. Lorsqu'il est ici en région, le prêtre et professeur aime bien célébrer des messes dans l'oratoire privé aménagé à l'intérieur de sa résidence de Chicoutimi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer