Saguenay refuse d'investir dans le Café-Jeunesse

La directrice générale Marie-Michèle Rancourt (à gauche) était... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La directrice générale Marie-Michèle Rancourt (à gauche) était accompagnée de membres de son équipe et d'usagers du Café-Jeunesse lors d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche en décembre dernier.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le Café-Jeunesse de Chicoutimi jette l'éponge. Après avoir essuyé un autre refus de la part de la Ville pour du financement, l'organisme n'a d'autre choix que de mettre son projet de coopérative en veilleuse.

En décembre dernier, la direction du Café-Jeunesse a fait une sortie dans Le Progrès-Dimanche pour partager sa déception après avoir appris que Saguenay ne voulait pas lui accorder une subvention. Au départ, l'organisme communautaire désirait construire un immeuble neuf. La participation du palier municipal, évaluée à 800 000 $, a été jugée trop haute.

La direction a donc refait ses devoirs, pour soumettre une nouvelle proposition. Celle-ci requérait l'injection de 350 000 $ en provenance des coffres de la Ville. L'affaire semblait dans le sac, à en juger par les signaux envoyés par le conseiller municipal Simon-Olivier Côté et de hauts fonctionnaires.

Or, tout juste avant les Fêtes, la directrice générale, Marie-Michèle Rancourt, et le conseil d'administration du Café-Jeunesse ont reçu une bien mauvaise nouvelle. Le projet avait été rejeté par le comité exécutif.

Marie-Michèle Rancourt et une collègue se sont rendues au conseil de Ville à deux reprises pour demander des explications. Une lueur d'espoir est venue au terme de la première intervention : le maire Jean Tremblay s'est engagé à prendre connaissance du dossier.

La deuxième visite de la directrice au conseil quelques semaines plus tard s'est terminée en queue de poisson, alors qu'elle a été rabrouée par le magistrat. Le Café-Jeunesse n'a pas baissé les bras et a soumis une énième mouture du projet, toujours à la baisse. Il n'était plus question de construire un immeuble neuf et de souscrire au programme Accès Logis. Une bâtisse avait été dénichée, laquelle pouvait loger des jeunes dans le besoin à un loyer plus bas que le prix courant.

La Ville devait fournir 100 000 $ pour que le tout se concrétise. Lors de la dernière assemblée de l'exécutif, cette semaine, le dossier a à nouveau été écarté.

Marie-Michèle Rancourt et les membres de son équipe sont évidemment très déçus, eux qui ont planché sur ce projet pendant une décennie entière. L'incompréhension qui animait le groupe au départ subsiste et ne fait que s'amplifier puisque des employés de la Ville ont continué de déployer de grands efforts pour accompagner les ressources du Café-Jeunesse dans leurs démarches de recherche d'immeubles.

« La Ville avait dit qu'elle avait l'intention de prendre une partie de ses surplus budgétaires et les injecter ailleurs que dans les grandes corporations. On pensait qu'on aurait pu avoir les 100 000 $ dont on avait besoin. On n'a jamais eu de non catégorique en 10 ans et on a toujours continué de faire notre travail pour que la coop se réalise. Ce n'est pas parce qu'on ne fait pas d'efforts », a-t-elle fait valoir. L'entrée en scène d'un nouveau bailleur de fonds demeure, pour la direction, l'ultime espoir de voir la coop se concrétiser.

Autre projet

La directrice est découragée, mais elle ne veut pas mettre son organisme en brouille avec la Ville, un partenaire important. Elle mise maintenant sur un second projet, qui n'est pas en lien avec l'habitation, pour lequel Saguenay semble être ouverte à investir. Marie-Michèle Rancourt ne donne toutefois pas de détails pour l'instant au sujet de la proposition formulée par l'administration municipale.

« Ils nous proposent autre chose qui pourrait nous aider à poursuivre notre mission. Oui, on est déçus du refus, mais on a encore de l'espoir pour un autre projet », confie la directrice générale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer