Surveillance accrues près des barrages de Rio Tinto

Près des ouvrages de Rio Tinto, des agents... (Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Près des ouvrages de Rio Tinto, des agents de sécurité veillent au grain. En jaune, à l'arrière, on aperçoit une estacade qui n'a pas encore été installée.

Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Scaphandriers et gardiens de sécurité sont à pied d'oeuvre dans le secteur de la Grande et de la Petite-Décharge, à Alma, près des ouvrages hydroélectriques de Rio Tinto. Depuis le 12 mai, la multinationale a mis en place des mesures de sécurité sur et près des cours d'eau en raison des débits extrêmement élevés.

Mercredi, le débit du déversoir 4 de la... (Le Quotidien, Isabelle Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Mercredi, le débit du déversoir 4 de la Grande Décharge était de 8 400 mètres cubes secondes.

Le Quotidien, Isabelle Tremblay

La situation est jugée à risque par la compagnie. Et il s'avère que des citoyens et plaisanciers adoptent des comportements dangereux pour leur sécurité. Plusieurs interceptions ont eu lieu, dont une qui aurait pu avoir de lourdes conséquences.

« Il y a des dangers près des ouvrages hydroélectriques. Les estacades ne sont pas encore installées, d'où l'importance d'être encore plus vigilants et de demeurer loin des installations », martèle Xuân-Lan Vu, porte-parole de la compagnie.

Mardi, un plaisancier a eu une panne de moteur, en amont du déversoir 4 de la rivière Grande-Décharge. Des équipes expertes en sauvetage nautique ont eu à intervenir pour éviter que le bateau parte à la dérive.

« Heureusement, nous faisions de la surveillance. (...) Nous avons pris des mesures pour le remorquer en lieu sûr. Le courant l'aurait emporté vers le déversoir », mentionne Samuel Thivierge de l'entreprise Les Scaphandriers Associés.

« Le courant n'est pas visible, mais il est fort et les gens n'en sont pas conscients. (...) Près du déversoir, la semaine passée, on allait jusqu'à six kilomètres à l'heure. C'est sournois parce que les gens ne s'en rendent pas trop compte, ajoute Dany Scullion. Nous devons nous assurer que personne ne se rende en amont des déversoirs. C'est extrêmement dangereux », poursuit-il.

Estacades

Cette année, Rio Tinto n'a pas encore été en mesure d'installer les estacades près de ses barrages en raison notamment de la crue hâtive. Ils le seront au cours de la fin de semaine dans le secteur de la Grande-Décharge et en début de semaine prochaine pour la Petite-Décharge.

« Une estacade, ce n'est pas une bouée de sauvetage, c'est un signe de danger. Il faut s'en éloigner lorsqu'on les aperçoit », insiste Mme Vu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer