Le plus haut niveau du lac Saint-Jean en 40 ans

Le lac Saint-Jean s'est déchaîné, vendredi, surtout en raison des vents qui... (Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Le lac Saint-Jean s'est déchaîné, vendredi, surtout en raison des vents qui sévissaient. La hausse du niveau de l'eau fait craindre le pire.

Les municipalités riveraines se préparent, alors que le lac devrait atteindre son plus haut niveau depuis les 40 dernières années, au cours de la fin de semaine. Selon les dernières prévisions de Rio Tinto, l'étendue d'eau risque de franchir la barre des 18,5 pieds. Vendredi matin, le lac était à 17,75 pieds.

À Saint-Gédéon, un muret de béton a été emporté par les vagues. Dans ce secteur, la carcasse d'un orignal a abouti sur le rivage d'un particulier. À Sainte-Monique, la passerelle de la Véloroute des Bleuets est menacée. Dans plusieurs secteurs, des arbres, des débris, mais aussi des quais ou installations de propriétaires privés sont à la dérive.

Un original a été retrouvé mort à Saint-Gédéon.... (Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Un original a été retrouvé mort à Saint-Gédéon.

Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens

« Notre ennemi numéro un, ce sont les vagues et le vent. Le lac est mauvais, l'eau passe par-dessus les épis », mentionne le maire de Saint-Gédéon, Jean-Paul Boucher. À ce jour, la municipalité a fait la distribution de plus de 18 000 sacs de sable pour permettre aux citoyens menacés de protéger leurs biens. « L'eau est rendue à certaines maisons, mais elle arrête vis-à-vis les murets qui ont été installés. On garde le moral. La sécurité de la population et primordiale », poursuit l'élu.

Dans la municipalité voisine, à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, c'est à partir de 18,5 pieds que les riverains risquent d'être touchés. La Ville estime que la situation pourrait affecter 46 résidences. « Il y a beaucoup de vagues et il y a des tonnes de matériaux qui ont été emportées en bordure des plages. En quelque sorte, ça protège les berges, souligne Lawrence Potvin, maire de l'endroit. Nous avons fait venir le service technique d'ingénierie de la MRC pour prendre certaines cotes de niveau, puisque des citoyens étaient inquiets. Nous encourageons les gens à se procurer des pompes de niveau. La distribution de sacs de sable se poursuit. »

À Saint-Henri-de-Taillon, les terrains de quelques résidences sont submergés d'eau et un muret s'est effondré. « On ne contrôle pas Dame nature et je crois que Rio Tinto fait tous les efforts pour baisser le plus rapidement possible le niveau de l'eau. À la MRC, nous avons tout mis en oeuvre pour supporter les municipalités », mentionne le maire et préfet de la municipalité régionale de comté de Lac-Saint-Jean, André Paradis.  

À Alma, la Ville continue son travail de surveillance tout au long de la fin de semaine. Le Service des travaux publics, le service incendie et la Sûreté du Québec sont à pied d'oeuvre. Les abords de la Petite Décharge, le chemin de la Coopérative et le chemin de l'Anse sont notamment sous surveillance.

De puissantes vagues de trois à quatre pieds... (Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens) - image 3.0

Agrandir

De puissantes vagues de trois à quatre pieds de haut déferlaient sur le lac Saint-Jean, vendredi. Les secteurs de Saint-Gédéon et Métabetchouan ont été les plus touchés. En début de semaine, la situation pourrait s'avérer similaire et elle pourrait toucher le secteur de Saint-Méthode.

Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens

250 résidences menacées à Saint-Félicien

À Saint-Félicien, plus de 250 résidences pourraient être menacées si les prévisions météorologiques du début de la semaine se concrétisent.

« Vers 6 h, lundi matin, nous devrions avoir des vents du sud/sud-est avec des pointes de 18 à 30 kilomètres à l'heure. Si ces vents-là arrivent, ça créera des vagues importantes et l'eau risque de s'approcher beaucoup des résidences », mentionne Olivier De Launière, coordonnateur aux mesures d'urgence.

Les secteurs névralgiques sont les chemins du Bôme, du Héron-Bleu Sud, du Lac, Girard et Villeneuve. À ce titre, Saint-Félicien est en mode préparation depuis plus de deux semaines.

« Nous avons presque une certitude que le lac va monter à 18 pieds d'ici dimanche, mais l'eau est quand même à une distance respectable des résidences. Notre gros problème sera le vent de lundi et c'est ce qui nous préoccupe », précise M. De Launière.

La Ville demande aux citoyens de prévoir le coup et d'assurer la protection de leurs biens. Des sacs et du sable sont à la disposition du public. 

Pour le secteur du Bôme, environ 100 domiciles sont sous surveillance alors que les responsables du plan de mesures d'urgence ont répertorié de 150 à 200 demeures pour les autres secteurs. 

« Les gens doivent s'assurer que leurs installations sont sécuritaires. Il est important de prévoir des mesures d'autoprotection pour les résidences en prévision des vents de lundi », réitère Olivier De Launière.

Ce dernier invite les citoyens qui auront besoin de sacs de sable supplémentaires à composer le 418 679-2100 poste 2236. En cas de besoin d'assistance immédiate, il demande à la population de contacter la Sûreté du Québec ou de composer le 911. 

Chute-à-Michel

Saint-Félicien informe les utilisateurs du sentier de la Chute-à-Michel qu'il est extrêmement dangereux d'approcher les rives de la rivière Ashuapmushuan. 

En effet, plusieurs petits glissements de terrain se sont produits le long du sentier ce printemps, laissant des rives avec des pentes très abruptes et même des parties en surplomb.

« S'approcher de la rive peut occasionner une chute dans les eaux froides de la rivière dont le niveau est particulièrement élevé et le courant très fort », insiste la Ville.

La Véloroute des Bleuets demeure fermée jusqu'à nouvel... (Photo Le Progrès,  Gimmy Desbiens) - image 4.0

Agrandir

La Véloroute des Bleuets demeure fermée jusqu'à nouvel ordre. Cette passerelle située à Sainte-Monique est actuellement menacée.

Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens

La rivière Petite Décharge.... (Photo Le Progrès,  Gimmy Desbiens) - image 4.1

Agrandir

La rivière Petite Décharge.

Photo Le Progrès, Gimmy Desbiens

La deuxième pointe de crue amorcée

Au Lac-Saint-Jean, la deuxième pointe de crue qui est amorcée depuis mercredi se maintient. La situation pourrait demeurer ainsi pendant un certain temps.

Les précipitations enregistrées combinées à la fonte de la neige au nord du bassin ont soutenu les apports naturels qui ont atteint 9250 mètres cubes seconde vendredi. Le volume total de cette crue est estimé à 140 % de la normale.

Les débits des rivières Grande Décharge et Petite Décharge conserveront une tendance à la hausse jusqu'à ce que le Piékuagami atteigne son niveau maximum.

Les nouvelles prévisions de Rio Tinto indiquent que le niveau le plus élevé du lac devrait être atteint au cours de la fin de semaine. Il devrait franchir la barre des 18 pieds au cours de la journée de samedi et atteindre son seuil maximal dimanche, soit un niveau de 18,1 pieds. Les probabilités que le niveau se situe entre 18 et 18,5 pieds sont maintenant à 10 %.

L'organisation régionale de la Sécurité civile est aux aguets. Sa directrice régionale par intérim, France-Sylvie Loisel, indique que près de 40 000 sacs de sable du sud-ouest du Québec ont été rapatriés au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Ils sont à la disposition des municipalités. Ceux-ci ont été déposés dans des centres de services du ministère des Transports. »

Pendant ce temps, des équipes de conseillers en sécurité civile sont sur le terrain afin de soutenir les municipalités dans l'application de leur plan de mesures d'urgence et leur préparation aux possibles inondations.

Depuis le début de la crue printanière, 119 résidences ont eu des infiltrations d'eau au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les dégâts ont été occasionnés principalement par le niveau élevé de la nappe phréatique.

Des chalets touchés à Petit-Saguenay

À la suite des précipitations des derniers jours, des résidences longeant la rivière Petit-Saguenay ont été touchées par l'eau vendredi.

France-Sylvie Loisel, directrice régionale par intérim de la Sécurité civile, affirme que plusieurs chalets du club des Monsieurs, à Petit-Saguenay, ont été touchés par le niveau de l'eau élevé, mais que la situation est maintenant rétablie. 

Des gens du ministère des Transports ont été dépêchés sur place afin de vérifier l'état de deux ponts qui étaient menacés par la hausse des niveaux d'eau de la rivière. 

« Le tout devrait se stabiliser dans les prochains jours », exprime la directrice régionale à ce sujet, tout en ajoutant que la situation s'est déjà améliorée.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer