Trois jeunes policiers d'un jour

Les policiers d'un jour, Philip, Nick et Jérémy,... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Les policiers d'un jour, Philip, Nick et Jérémy, de l'école Notre-Dame-de-l'Assomption, ont pu visiter les installations de la base de Bagotville.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat
Le Quotidien

Trois jeunes écoliers de la région ont eu la chance de passer une journée dans la peau d'un policier, mercredi, à l'occasion de la 46e édition de la semaine de la police.

« En collaboration avec les autres corps de police, on voulait faire vivre une vraie immersion à des jeunes de sixième année », explique le préventionniste pour la Sécurité publique de Saguenay (SPS), Luc Tardif. Âgés de 11 et 12 ans, les trois écoliers étaient affectés à un membre de la GRC, de la SQ ou de la SPS, et portaient l'uniforme de son unité.

Les policiers sont venus chercher les élèves dans leur salle de classe et ils ont passé la matinée au Palais de justice de Chicoutimi. « On a visité le poste de police et on a rencontré tout le monde, c'était vraiment bien », raconte le jeune Philip de Saint-Ambroise.

Journée réussie

Les écoliers de la région ont écrit des textes en expliquant pourquoi ils seraient le meilleur policier d'un jour, et trois d'entre eux ont été sélectionnés. « Ils ont tout visité, ils sont montés dans nos autos, ils ont même pu manipuler les outils qu'on utilise », fait remarquer Luc Tardif, qui a lui aussi participé à la même journée, à Roberval, quand il était jeune. C'est notamment cette journée qui a confirmé sa vocation professionnelle. « Quand on regarde le brillant qu'ils ont dans leurs yeux en ce moment, c'est un succès sur toute la ligne. On a une belle collaboration de tous les corps de police, alors on espère une prochaine édition en 2018, c'est certain », commente Luc Tardif.

Visite de Bagotville

Les trois apprentis policiers devaient passer l'après-midi à l'extérieur afin de remettre des constats de bonne conduite aux automobilistes, mais aux vues des conditions météorologiques, leur emploi du temps a dû être modifié. 

« Finalement, on a appelé les policiers militaires qui sont venus à notre rescousse et on est venus voir les CF-18 », explique le préventionniste. Les jeunes ont pu admirer les pilotes au travail, visiter les bâtiments de la base militaire de Bagotville et ont même pu monter dans le cockpit d'un avion. « Je veux être policier pour ma ville et là ma journée a vraiment confirmé », raconte le jeune Nick de l'école Notre-Dame-de-l'Assomption, à Jonquière, le sourire aux lèvres.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer