Des recherches vaines pour Hélène Martineau

Le coordonnateur de Sauvetage 02, André Chouinard, indique... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le coordonnateur de Sauvetage 02, André Chouinard, indique sur une carte les secteurs ciblés pour les recherches.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de 90 bénévoles ont ratissé les alentours des sentiers du Saguenay à Arvida, sous la supervision de l'organisme Sauvetage 02 au cours de la fin de semaine, afin de trouver des indices entourant la disparition de la Jonquiéroise Hélène Martineau, mais sans succès notable.

Recherche d'Hélène Martineau... (Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Recherche d'Hélène Martineau

Le Quotidien, Michel Tremblay

Un drone a même été utilisé afin de survoler les endroits plus difficiles d'accès, comme le ruisseau Deschênes et les berges de la rivière Saguenay.

«Ça se passe bien même s'il commence à pleuvoir un peu, on a fait la majorité des secteurs ciblés. Nous faisons un répertoire des objets trouvés pour analyser leur crédibilité, mais il n'y a rien jusqu'à maintenant qui a été transféré à la police», a indiqué le coordonnateur de Sauvetage 02 André Chouinard lors du passage du Quotidien dimanche après-midi. Un enquêteur de la Sûreté du Québec était d'ailleurs sur place pour pouvoir faire le suivi rapidement.

Seulement dans la matinée de dimanche, 57 bénévoles se sont présentés au stand de l'organisme installé dans le stationnement du Manoir du Saguenay. Ils ont étendu leurs recherches jusqu'au pont d'aluminium, en ciblant des secteurs à la demande des proches de la dame de 48 ans disparue depuis le 12 avril.

«Le but de l'exercice est de vérifier de nouveaux endroits ou d'en refaire certains qui étaient couverts de neige la première fois. C'est rare qu'il y a des disparitions avec si peu d'indices, mais nous avons quand même de l'expertise pour intervenir», poursuit M. Chouinard.

Pour la première fois, l'organisme de sauvetage a fait appel à un drone. C'est l'entreprise régionale SKYsag qui a offert son aide aux responsables des recherches. «C'est très intéressant pour les chercheurs de pouvoir analyser les images prises à vol d'oiseau, à basse altitude et à vitesse réduite. C'est utile notamment pour les cours d'eau, les coulées ou les champs où le foin est très haut. On peut survoler 100 acres dans le temps de le dire», explique le coordonnateur, qui compte utiliser cette technique à nouveau lorsque le soutien de Sauvetage 02 sera requis.

En 2008, les recherches dans les airs avaient montré leur efficacité lorsque des chercheurs à bord d'un paramoteur ont trouvé le corps d'une femme de L'Ascension, Huguette Larouche, près d'une tourbière dans les environs. Elle était disparue depuis une dizaine de jours.

Quant à Hélène Martineau, la femme aux yeux pers et aux cheveux bruns portait une veste noire de marque North Face et une tuque noire lorsqu'elle a été vue pour la dernière fois. Elle mesure 1,67 mètre et pèse près de 135 livres. Toute information peut être communiquée à la Centrale d'information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer