La valorisation, une avenue à exploiter

Le colloque Stratégie de valorisation des résidus industriels... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le colloque Stratégie de valorisation des résidus industriels solides pour un développement durable, tenu jeudi à l'Université McGill, mais diffusé en visioconférence à l'UQAC, revêtait un intérêt particulier pour le projet d'optimisation et d'expansion du site de boues rouges de Rio Tinto.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La valorisation des résidus miniers et leur transformation à l'aide de procédés innovateurs pour en faire des matériaux industriels entrant dans la fabrication de produits de la vie courante est une chose possible.

C'est la conclusion à laquelle en sont arrivés les participants au colloque Stratégie de valorisation des résidus industriels solides pour un développement durable, diffusé en visioconférence, tenue jeudi après-midi à l'Université McGill dans le cadre du 85e congrès de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) .

La visioconférence a été présentée simultanément à l'UQAC en Abitibi-Témiscamingue et à l'UQAC à Chicoutimi. Dans ces deux régions, la présence d'industries minières ou de production d'aluminium générant des tonnes de déchets devant être enfouis ou entreposés constitue une problématique. Le dossier est d'actualité avec le projet d'optimisation et d'expansion du site de boues rouges de Rio Tinto, Vaudreuil au-delà de 2022. D'ailleurs, Lana Pedneault, à titre de consultante, était responsable des communications et de la logistique du colloque. Mme Pedneault est également présidente du Comité pour un Vaudreuil durable.

Parmi les conférenciers invités, le docteur Kaddami, directeur du Centre de recherche du Groupe Managem * Maroc, a présenté deux exemples de projets de valorisation de rejets miniers selon une approche visant à transformer une contrainte environnementale en opportunité de développement. 

Le minerai de cobalt de la mine de Bou-Azzer présente des spécificités particulières. Riche en arsenic, le procédé développé par le centre de recherche de Managem prévoit une étape de récupération d'arsenic avant de procéder à celle du cobalt.

Le cobalt est ensuite valorisé sous forme de cathode pur à 99,98 %, dont la qualité est reconnue. Cette innovation fait de Managem un producteur significatif de la cathode de cobalt de très haute pureté à l'échelle internationale. Managem valorise ses rejets solides de cobalt stockés en digue depuis 1928. 

M. Kaddami a expliqué que la valorisation des haldes de résidus de cobalt de Bou-Azzer ne s'est pas faite en criant ciseau puisque des années de recherche ont été nécessaires pour obtenir cette valorisation industrielle. 

Le chercheur a conclu que le développement de tels procédés nécessite quatre conditions essentielles à savoir la présence d'un centre de recherche, une diversité de technologies, la mutualisation des moyens entre divers partenaires et la maîtrise des crédits financiers.

* Managem est un groupe totalement intégré qui gère ses activités depuis l'exploration et la découverte de nouveaux gisements jusqu'à la commercialisation en passant par la Recherche & Développement, le traitement et la valorisation, l'exploitation minière, et ce, dans le respect des exigences environnementales.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer