BAPE: un exercice ardu pour Rio Tinto

Michel Germain a été désigné pour diriger les... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Michel Germain a été désigné pour diriger les travaux du BAPE. Il sera secondé des commissaires Éric Lavoie et Pierre Renaud. Une centaine de personnes ont assisté à la rencontre de mardi soir.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La présence d'un peu plus d'une centaine de riverains, représentants d'organismes et élus municipaux à l'ouverture des travaux du Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur le programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean déposé par Rio Tinto entre 2017 et 2026 confirme que la multinationale n'aura pas la vie facile pendant cet exercice.

Dès l'ouverture des travaux, le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean André Paradis a procédé à la lecture de la requête signifiée au gouvernement pour réclamer des audiences publiques sur le projet de Rio Tinto. Il a conclu en rappelant qu'il était impossible de dissocier le mode de gestion, l'érosion des berges et le programme de stabilisation des berges.

Le promoteur a pris la parole comme prévu à cette étape pour résumer son projet. Le patron de la division Énergie Électrique, Jean-François Gauthier, a commencé sa présentation en soutenant que les quatre derniers décrets, dont trois avaient été obtenus sans consultation publique, avaient permis de faire des gains significatifs dans la largeur des plages. Dans la nouvelle mouture du programme, le promoteur affirme que son projet sera réalisé selon les paramètres du développement durable.

Le représentant de l'entreprise a attiré l'attention sur l'entente de gestion participative intervenue avec les MRC qui a permis d'arriver à un scénario avec une baisse du niveau en automne. Les gestionnaires des barrages vont toutefois récupérer une partie des pertes énergétiques de cette concession en laissant monter le lac à 17 pieds le printemps, et ce, sur une période de 12 jours.

Ce scénario de gestion représente une perte moyenne de 0.6 mégawatt pour Rio Tinto au tarif industriel L, mais qui est quatre fois moindre lorsque le calcul est réalisé selon les coûts de production de l'électricité dans les centrales régionales de la multinationale.

Le maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert, a été le premier politicien qui a interrogé le promoteur sur son programme. Le maire a demandé à l'entreprise d'expliquer les assises légales sur lesquelles reposent ses droits de gérance du lac Saint-Jean. Le directeur d'Énergie Électrique a répondu du tac au tac en citant un certain nombre de lois jusqu'aux décrets historiques du début du siècle dernier.

En clair, selon le porte-parole de Rio Tinto, l'entreprise a toujours géré le lac Saint-Jean en fonction des lois en vigueur. Il a de plus rappelé que l'entente sur la gestion participative constituait une autre étape de l'évolution du contexte social dans lequel évolue l'entreprise.

Sans le vouloir, le président du BAPE Michel Germain a pratiquement confirmé que le scénario de gestion participative intervenu entre les MRC et Rio Tinto est désormais immuable. Le document en question a été annexé aux autres documents déposés devant le BAPE sans aucune forme d'analyse des différents ministères quant à la portée de son contenu. L'ex-directeur du Cégep d'Alma Jean Paradis a clairement laissé entendre que des moyens additionnels seront pris pour que l'on puisse obtenir une véritable analyse de ce document afin de permettre aux citoyens de le critiquer dans les mémoires.

Malgré la signature de cette entente et son dépôt devant le BAPE, le personnel technique des MRC n'a pas été en mesure d'expliquer les particularités de la négociation sur le volet du comité scientifique de suivi. La réponse du fonctionnaire Jacques Potvin de la MRC Maria-Chapdelaine à une question sur le cadre de ce comité scientifique n'a fait qu'alimenter la méfiance de plusieurs riverains et représentants d'organismes face à l'entente sur la gestion participative.

Ce dernier s'est tout bonnement dit incapable de répondre aux questions touchant le fonctionnement et le financement du comité scientifique pour le moment.

Les travaux du BAPE reprendront cet après-midi à Alma.

En bref

Alexandre Cloutier

Le député de Lac-Saint-Jean à l'Assemblée nationale, Alexandre Cloutier, a participé à cette première séance de travail du BAPE. En marge des travaux, le député a déclaré au Quotidien qu'il considérait nécessaire que le BAPE puisse ouvrir les discussions sur les droits consentis à Rio Tinto en 1922 et qui permettent à l'entreprise de conserver ses privilèges de gestion du niveau du lac encore aujourd'hui. Il est tout à fait justifié pour le parlementaire qu'une société puisse revisiter des privilèges accordés à une entreprise il y a 95 ans. Il rejoint ainsi les préoccupations du professeur de l'UQAC Claude Villeneuve à l'effet qu'il était nécessaire dans le cadre de cet exercice de procéder à la clarification des droits. Cette omission, selon le biologiste, a de fortes chances de « pourrir tout le reste ».

Tempête

Il y a 1 % de chance pour qu'il y ait 11 heures de tempête pendant les quatre journées où le lac Saint-Jean atteindra le niveau de 17 pieds au printemps (quatre jours pour monter, quatre jours à 17 pieds et quatre jours pour revenir au niveau de gestion). Les riverains ont été témoins de bris majeurs sur les plages en 2013 avec un lac à 16,5 pieds et demandent au promoteur ce qu'il fera avec une tempête de vent combinée à un niveau de 17 pieds. Dans sa réponse, le promoteur accepte le risque de 1 % de probabilité.

Innus

La présence des Innus apporte un angle nouveau à ces audiences publiques. Judith Courtois de Mashteuiatsh a visiblement surpris le promoteur lorsqu'elle a demandé comment l'entreprise entendait concilier ces droits avec ceux de sa communauté. Les Indiens du lac Saint-Jean n'ont jamais cédé de droit pour l'exploitation des ressources hydrauliques dans tout le bassin versant du lac Saint-Jean. Le promoteur doit répondre à cette question très sensible aujourd'hui.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer