261 suivis en deux ans à la Maison de naissance

Sophie Potvin et son bébé, Eben (le petit... (Le Progrès, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Sophie Potvin et son bébé, Eben (le petit poupon endormi), sont entourés des membres de l'équipe de sages-femmes de la Maison de naissance du Fjord-au-Lac.

Le Progrès, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Ouverte depuis deux ans, la Maison de naissance du Fjord-au-Lac, à Chicoutimi, a pris en charge 261 suivis de grossesse.

Vendredi, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a souligné de façon originale la Journée internationale des sages-femmes en invitant les médias à visiter la Maison de naissance, située sur la rue Saint-Vallier, face à l'hôpital. Incidemment, il s'agit de l'ancienne résidence du Dr Robert Claveau, un médecin qui a oeuvré longtemps à Chicoutimi et qui a pratiqué, au cours de sa carrière, des milliers d'accouchements. La maison a été entièrement rénovée pour y accueillir les femmes désireuses de mettre leur enfant au monde de façon naturelle, dans un environnement calme et dans le respect de leurs valeurs. Le CIUSSS avait aussi invité Sophie Potvin à prendre part à l'activité. Son fils Eben, qui a vu le jour le 18 avril dernier, est devenu le 250e bébé né grâce à l'apport des sages-femmes.  

La présidente-directrice générale du CIUSSS, Martine Couture, a rappelé que la Maison de naissance du Fjord-au-Lac a officiellement ouvert ses portes trois ans après l'implantation du service en région. Les femmes d'ici ont dû attendre longtemps avant de pouvoir bénéficier de ce type de suivi de grossesse. Il y a plusieurs années, un projet visant l'implantation d'une maison des naissances à Alma avait été abandonné. Aujourd'hui, six sages-femmes dispensent le service au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il s'agit de la plus petite équipe au Québec, mais sa taille correspond aux besoins de la population régionale.

«Vous faites la différence dans les premiers pas des familles en offrant des suivis de grossesse personnalisés et sécuritaires aux femmes», a fait valoir Martine Couture, s'adressant aux membres de l'équipe.

La coordonnatrice de la Maison de naissance, Guylaine Dubé, a dirigé une visite guidée des lieux. La responsable a rappelé que les femmes peuvent accoucher dans l'une ou l'autre des trois chambres aménagées au sous-sol, toutes dotées d'un bain. Guylaine Dubé a aussi pris soin de préciser que tous les équipements visant à assurer le bon déroulement de l'accouchement et la santé de la maman et de son bébé sont sur place. C'est notamment le cas d'un petit incubateur, advenant le cas où un nouveau-né aurait besoin de soins particuliers.

Les femmes qui optent pour le suivi sages-femmes ont le choix d'accoucher à la Maison de naissance, à domicile ou à l'hôpital. Les futures mamans qui choisissent d'accueillir leur enfant dans le confort de leur foyer doivent répondre à certains critères. L'environnement physique doit s'y prêter et la maison ne peut se trouver au-delà d'un trajet de 30 minutes en ambulance. Le service sages-femmes régional attire des mères des quatre coins du Royaume, a indiqué Guylaine Dubé.

Sophie Potvin a adoré son expérience

Après avoir eu trois enfants en milieu hospitalier, Sophie Potvin tenait à être suivie par une sage-femme pendant sa dernière grossesse. Celle qui a donné naissance à Eben, un beau poupon de huit livres et trois onces il y a deux semaines, n'a jamais regretté son choix.

Sophie, qui est aussi la maman d'Ophélie, 11 ans, de Logan, cinq ans, et de Scarlett, trois ans, était la tête d'affiche de l'événement organisé vendredi par le CIUSSS. Confortablement installée dans le sofa du salon de la Maison de naissance, elle paraissait sereine, le petit Eben bien blotti contre elle en petite boule de bonheur. Pour la maman et son conjoint, Benjamin Marcoux, l'expérience sage-femme s'est avérée formidable. Sophie a confié avoir vécu un accouchement relativement rapide, tout en douceur, le tout correspondant en tous points à l'image qu'elle s'était faite de l'expérience à venir.

«Quand je suis tombée enceinte de mon quatrième, l'idée du suivi sages-femmes est venue spontanément. Le service est personnalisé, l'ambiance est magnifique et chaleureuse. Il y a une belle cohésion entre les sages-femmes et les gynécologues. Je me suis sentie hyper en sécurité pendant l'accouchement, qui s'est déroulé de façon naturelle et instinctive», a confié la mère de famille.

Sophie Potvin a aussi précisé que ses autres enfants ont toujours été les bienvenus à la Maison de naissance, même si les parents ont fait le choix de ne pas avoir leur progéniture présente pour la naissance du petit dernier. Si c'était à refaire, la maman n'hésiterait pas à répéter l'expérience. Toutefois, bébé #4 bouclera vraisemblablement la boucle pour le couple Potvin-Marcoux, qui paraît très fier de sa belle et grande famille. Depuis la naissance d'Eben le 18 avril, d'autres bébés ont vu le jour grâce à l'apport des sages-femmes de la région. Le nombre total, en deux ans, atteint 261.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer