La dette devrait être plafonnée, croit l'ERD

Josée Néron, chef de l'ERD... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Josée Néron, chef de l'ERD

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'état des finances à Saguenay nécessite l'adoption rapide d'une politique de gestion de la dette, selon la chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron.

Cette politique devra avoir pour objectif de maintenir le service de la dette à un maximum de 15 % des revenus totaux annuels et un endettement net à long terme qui ne dépasse pas les revenus totaux annuels. Le service de la dette représente actuellement 17 % des revenus totaux et la dette est de 396 M $ - soit 360 M $ en excluant la dette du réseau électrique dont les revenus assurent le recouvrement, pour un exercice financier de 326 M $. L'augmentation de la dette a été moindre cette année, mais il reste beaucoup de travail à faire, estime Josée Néron.

« Les surplus annoncés sont des surplus artificiels, puisque pour arriver à un surplus, il a fallu emprunter pour les activités de fonctionnement, majoritairement pour renflouer le fonds de pension. C'est un choix que l'administration actuelle fait année après année, que d'emprunter pour l'épicerie au lieu de taxer davantage. C'est une taxe qui est reportée sur les générations futures », affirme Mme Néron.

De plus, Saguenay cautionne la dette de plusieurs organismes à but non lucratif, pour un total de 39 M $. Il s'agit d'une dette potentielle pour elle. Trente-trois millions $ de ce montant est constitué de la dette des organismes qui gèrent des actifs municipaux, et dont Saguenay rembourse automatiquement les emprunts par le biais de subventions. Saguenay arrive en deuxième position des dix plus grandes villes du Québec pour ce qui est du montant des cautionnements, ce qui la met à risque. 

« En réalité, cette façon de procéder déguise le montant réel de la dette puisqu'il la camoufle à travers les OBNL qui assurent des services complémentaires à la population au nom de la Ville », selon la candidate à la mairie.

L'ex-policier Dominique Corneau avec l'ERD

Le policier à la retraite de la Sécurité publique de Saguenay, Dominique Corneau, tentera de se faire élire à un poste de conseiller municipal à Saguenay. Il briguera les suffrages dans le district numéro un sous les couleurs de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD). Ce district est actuellement représenté par Christine Boivin, elle aussi de l'ERD, qui a déjà annoncé qu'elle ne se présenterait pas pour un nouveau mandat.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer