L'ouïe négligée

L'audioprothésiste Serge Landry invite les gens à participer... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'audioprothésiste Serge Landry invite les gens à participer à la Journée nationale de l'audition, qui aura lieu le 2 mai. À cette occasion, les cliniques proposeront des examens de dépistage gratuitement.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

L'ouïe serait-elle le sens négligé de monsieur et madame Tout-le-monde? Sans aucun doute, croit l'audioprothésiste Serge Landry, afirmant que les gens tardent à consulter. Et lorsqu'ils s'y résignent, c'est souvent parce qu'ils sont fortement encouragés de le faire par leurs proches.

Mardi a lieu la Journée nationale de l'audition, une première au Québec. À cette occasion, le dépistage sera gratuit dans les cliniques d'audioprothésistes. Serge Landry, du groupe Forget, espère que cette journée portes ouvertes permettra de sensibiliser la population. 

Selon une étude menée par Orthophonie et audiologie Canada (OAC), 22% de la population du Québec âgée de 15 ans et plus présente une incapacité auditive. Près de 78% de la population canadienne de 60 à 79 ans présente souffre d'une perte auditive, mais plus de 73% d'entre eux n'en sont pas conscients. 

«En 32 ans de pratique, je n'ai jamais vu quelqu'un se présenter à mon bureau en voulant seulement passer un examen de l'audition, comme pour la vue, par exemple. Lorsque les gens viennent nous voir, c'est souvent parce qu'ils sont forcés de le faire, soit parce que leur problème est devenu trop grave ou parce qu'ils sont poussés de le faire par leurs proches. La perte de l'audition se fait tellement graduellement que les gens ne s'en rendent souvent pas compte. Ils montent le son de la télévision ou font répéter les gens lorsqu'ils ne comprennent pas bien», explique Serge Landry. De plus, la diminution des capacités auditives n'est pas liée à une douleur, ce qui pourrait pousser le patient à consulter plus rapidement. 

Auparavant, la perte de l'audition était surtout liée à des maladies professionnelles. «La machinerie et le travail en usine étaient les grands responsables. Ce n'est plus vraiment le cas aujourd'hui, puisque les compagnies offrent les équipements nécessaires pour prévenir les dommages auditifs. Aujourd'hui, le bruit ambiant, comme la musique dans les écouteurs ou la télévision, par exemple, sont responsables en majorité des problèmes auditifs», explique l'audioprothésiste Serge Landry, ajoutant que les jeunes ne sont pas épargnés. 

Selon l'organisation OAC, la perte d'audition non traitée peut mener à un retrait des situations sociales et peut entraîner de la gêne, de l'irritabilité, du stress, de la solitude et de l'isolement. De plus, des problèmes d'auditions entraîneraient également des problèmes cognitifs au fil du temps. 

Selon Serge Landry, il n'y a pas plus d'hommes ou de femmes qui souffrent de problèmes auditifs. «Et ni un ni l'autre ne consulte!», lance l'audioprothésiste. 

Les tests de dépistages offerts gratuitement dans le cadre de la journée porte ouverte sont rapides et sans douleur. La journaliste du Quotidien l'a d'ailleurs expérimenté. Pour les curieux, il s'avère que son ouïe est parfaite à 100%!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer