La CNESST enquête sur l'accident mortel chez Bay Shore

Un homme a perdu la vie après avoir... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Un homme a perdu la vie après avoir chuté d'une hauteur de près de neuf mètres dans une ouverture au sol de l'ancienne usine alors qu'il procédait au démantèlement de poutres dans l'ancienne usine de Graphic Packaging.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Après plusieurs semaines de recherche concernant l'accident survenu le 2 mars dernier aux installations de Bay Shore Group de Jonquière, ayant entraîné la mort de Guy Perron, 55 ans, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé qu'elle mènerait finalement une enquête dans ce dossier.

Rappelons que l'homme a perdu la vie après avoir chuté d'une hauteur de près de neuf mètres dans une ouverture au sol de l'ancienne usine alors qu'il procédait au démantèlement de poutres.

Selon Swann Thibeault, porte-parole de la CNESST, l'organisme en est arrivé à cette conclusion puisqu'elle a pu établir qu'on était en présence d'un employeur et de travailleurs sur un lieu de travail.

Dans ce cas-ci, deux personnes considérées comme travailleurs se trouvaient sur place dans l'ancienne usine de Graphic Packaging alors qu'une troisième personne ne l'était pas. Selon les informations disponibles, l'employeur est la firme Autotech 2015, une compagnie que dirigeait M. Perron. 

« M. Perron n'est pas considéré comme un travailleur au sens de la loi, mais les autres personnes présentes étaient assimilables à des travailleurs qui ont été exposés à des dangers de chute. C'est ce qui explique qu'une enquête a été ouverte », déclare la porte-parole.

Les conclusions de l'enquête devraient être dévoilées dans les prochains mois.

Pas de garanties

Par ailleurs, il a été possible d'apprendre que Bay Shore Group aurait sollicité certaines entreprises afin de procéder au démantèlement final des installations, mais n'aurait pas été capable de fournir les garanties financières nécessaires pour assurer la réalisation des travaux.

Bay Shore Group a une facture de taxes foncières municipales impayées auprès de Saguenay de plus de 700 000 $ reliée à la présence des installations.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer