Leboeuf et la chèvre

Rosalie Bilodeau pose ici avec ses animaux, Matt... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Rosalie Bilodeau pose ici avec ses animaux, Matt Leboeuf, un buffle de 2300 livres, et Paulette Labiquette, la chèvre qui lui tient compagnie. L'exposante en était à sa deuxième participation au Salon des animaux exotiques. Avis aux intéressés, Matt Leboeuf a même sa propre page Facebook !

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Matt Leboeuf, un buffle de 2300 livres, son amie la chèvre Paulette Labiquette et leur propriétaire, Rosalie Bilodeau, forment un trio inséparable. Ils font le tour des salons, événements, et même des plateaux de tournage.

La jeune femme de Saint-Raymond-de-Portneuf était de passage pour une deuxième année au Salon des animaux exotiques de Saguenay. Pour faire un coup de promotion, et dégourdir les pattes de son buffle d'eau, elle et Matt ont pris une marche, du centre sportif de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), où se déroulait le salon, jusqu'au Tim Hortons du boulevard Talbot, dimanche matin.

Rosalie a acheté l'animal à quatre mois, en vue de donner des spectacles dans les intermèdes de rodéo. Aujourd'hui, avec son animal de six ans, elle fait aussi le tour des expositions agricoles et autres événements.

Le buffle, étendu calmement sur la paille de son enclos aménagé pour l'événement, est accompagné d'une drôle d'amie : une petite chèvre, de son nom Paulette Labiquette, qui s'inquiète dès qu'elle perd de vue son compagnon de 2300 livres.

« Les chèvres s'attachent, et je l'ai achetée pour qu'elle lui tienne compagnie, raconte la propriétaire. Elle est tout le temps avec lui, elle lui danse sur le dos, c'est très drôle ! Je crois même qu'elle est plus attachée à lui, que lui à elle. Quand elle le perd de vue, elle se met à crier. »

Figuration

Matt Leboeuf fait même de la figuration : vous l'aurez peut-être vu, sans y porter attention, dans un épisode de la dernière saison des Pays d'en haut, à Radio-Canada.

Rosalie et son buffle ont pris part au tournage en août. « On ne me voit pas, mais dans la scène, j'étais sous lui, pour qu'il tienne bien sa tête et qu'on le voie selon ce que demandait le réalisateur », partage-t-elle. Le buffle a déjà aussi fait de la figuration deux fois en Ontario.

Les oiseaux étaient encore une fois au rendez-vous... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Les oiseaux étaient encore une fois au rendez-vous au Salon des animaux exotiques, comme ces perruches calopsittes, aussi appelées perruches cockatiels.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Un achalandage intéressant

Le promoteur du Salon des animaux exotiques, Johnny Doré, se réjouissait de l'achalandage que son événement a connu en fin de semaine.

Le salon, qui en est à sa 6e édition dans la région, avait doublé sa superficie en s'installant dans le centre sportif de l'UQAC. « Je ne sais pas encore exactement quel a été notre achalandage, a-t-il précisé, lorsque rencontré en début d'après-midi, dimanche. Mais je sais que dans les bonnes heures, ça allait jusqu'à 2000 personnes par heure. » Les gens faisaient la file à l'extérieur du pavillon sportif pour accéder à l'événement. Johnny Doré songe peut-être à augmenter encore la superficie de l'événement, l'an prochain. Le promoteur, qui présente aussi un Salon des animaux exotiques à Québec deux fois par année, depuis quelques années, devrait aussi présenter en septembre sa première édition d'un salon dans la Région métropolitaine de Montréal, au Complexe sportif Bell de Brossard.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer