Le transfert des caribous dénoncé

Le caribou des bois est une espèce menacée.... (Archives La Presse)

Agrandir

Le caribou des bois est une espèce menacée.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

L'organisme Nature Québec estime que l'envoi des derniers caribous de Val-d'Or à Saint-Félicien était « la pire des solutions ».

Jeudi, le ministère de la Faune a annoncé que la harde de Val-d'Or allait être envoyée au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

La population de caribous vivant au sud de Val-d'Or est en danger depuis les 30 dernières années, selon le ministère. Plusieurs initiatives ont été mises de l'avant afin d'assurer la pérennité de la harde, mais l'extinction menace toujours la population, d'où cette décision de transférer les dernières bêtes au jardin zoologique. 

Cette décision ne plaît toutefois pas à l'organisme Nature Québec, qui demande l'annulation de cette mesure.

« La décision arbitraire du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs de capturer les quelque 15 derniers caribous sauvages de la harde de Val-d'Or pour un aller simple vers le Zoo de Saint-Félicien heurte le sens commun. Elle est inacceptable tant du point de vue de la biologie, de la conservation que de l'éthique et provoquera l'extinction d'une harde menacée », a déclaré Louis Bélanger, spécialiste de la question et responsable de la commission Forêt de Nature Québec.

Une décision politique

Selon l'organisme, cette décision de sortir de son habitat une harde entière de caribous forestiers est essentiellement politique.

« Elle ne faisait pas partie des scénarios étudiés par les scientifiques et n'est liée à aucune mesure de réintroduction ni de conservation. Elle n'est accompagnée d'aucune garantie visant à ce que le même sort n'arrive aux caribous de la Gaspésie, qui ne sont plus qu'une centaine, et à terme, aux autres hardes de caribous forestiers », a ajouté Louis Bélanger.

« Nature Québec questionne également la décision du Zoo de Saint-Félicien d'accepter de devenir un mouroir pour les 15 derniers caribous de la harde de Val-d'Or et de se faire ainsi complice de l'extinction d'une population », peut-on lire dans un communiqué publié par l'organisme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer