Bien du monde à la cabane

Ève-Laurie Morin ne s'est pas fait prier pour... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Ève-Laurie Morin ne s'est pas fait prier pour déguster de la tire d'érable.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

C'était la journée idéale pour se sucrer le bec, dimanche, et plusieurs l'avaient compris. Ils étaient nombreux à l'érablière Au sucre d'or de Laterrière à profiter des joies de la cabane.

Ils étaient nombreux à se sucrer le bec,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Ils étaient nombreux à se sucrer le bec, dimanche.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Les activités ont débuté le 1er mars dernier, à l'érablière, mais la production a surtout commencé cette fin de semaine. « Ça coule aujourd'hui, c'est incroyable ! », a lancé le propriétaire de l'érablière, Sylvain Néron. Avec ses 6000 entailles, le propriétaire a bon espoir de récolter autour de 24 000 livres de sirop d'érable cette année. 

« Ce sera une très bonne saison. Nous avons des nuits froides, mais des journées assez clémentes côté température. De plus, il y a énormément de neige, ce qui est bien pour les arbres qui ont besoin de beaucoup d'eau », a expliqué M. Néron, affirmant que la cabane à sucre est bondée toutes les fins de semaine depuis un mois.

« L'attrait de la cabane ne se dément pas, les gens aiment vraiment la tradition québécoise du temps des sucres », a indiqué le propriétaire, qui a également reçu beaucoup de touristes européens au cours des dernières semaines. 

L'érablière Au sucre d'or est le plus grand producteur de sirop d'érable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, selon son propriétaire. Il explique que la région n'est pas experte dans le domaine de l'exploitation des érablières. « Ce n'est pas vraiment notre créneau, ici, comparativement au Centre-du-Québec. Ici, notre érablière est grosse, mais si j'étais en Beauce, je serais très petit ! Il n'y a pas eu la même mentalité de protéger nos érables par le passé comme ç'a été le cas dans d'autres régions. Disons qu'on exploite davantage le bleuet ! Mais ça n'empêche pas que les gens d'ici aiment aussi le temps des sucres », a expliqué Sylvain Néron. 

Difficile de le contredire, d'ailleurs, alors que des centaines de personnes s'étaient déplacées à la cabane, dimanche. Petits et grands attendaient patiemment en file pour se sucrer le bec, alors que d'autres savouraient un repas à l'ancienne dans la bâtisse principale. 

L'érablière Au sucre d'or est ouverte tous les jours de la semaine jusqu'au 30 avril.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer