Lac Kénogami et des rivières Chicoutimi et aux sables

Bandes riveraines: non à la tonte de gazon et l'épandage

Les citoyens concernés par cette modification recevront une...

Agrandir

Les citoyens concernés par cette modification recevront une lettre ainsi qu'un plan détaillé du secteur d'ici les prochaines semaines.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat

Stagiaire

Le Quotidien

Les riverains du lac Kénogami et des rivières Chicoutimi et aux Sables ne pourront plus tondre leur gazon ou faire de l'épandage de pesticides à l'intérieur d'une bande riveraine de cinq à 10 mètres. L'objectif est de redonner le caractère naturel aux bandes riveraines du secteur.

Cette démarche s'inscrit dans l'objectif du plan d'action qui vise à protéger l'eau du bassin versant des prises d'eau de Saguenay. Les citoyens concernés par cette modification recevront une lettre ainsi qu'un plan détaillé du secteur d'ici les prochaines semaines.

« Il est important de commencer les travaux, la plupart des bandes sont dénaturées », explique le directeur de l'Association pour la protection du lac Kénogami (APLK), Claude Collard. Ce dernier se dit très satisfait d'une telle initiative dans le dossier.

« C'est très positif pour le secteur, c'est une belle avancée, constate la conseillère municipale Christine Boivin. Il ne faut pas oublier que le lac Kénogami est une grande source d'eau potable dans la région. »

« C'est absolument primordial, il y a une nature à revégétaliser. Ce sera un long travail, mais il faut bien commencer quelque part. »

Claude Collard

Depuis une dizaine d'années, l'Association tente de sensibiliser la Ville quant aux risques de pollution du lac.

« C'est absolument primordial, il y a une nature à revégétaliser. Ce sera un long travail, mais il faut bien commencer quelque part », déclare M. Collard, conscient qu'un tel projet n'aura pas de résultats immédiats.

Le directeur de l'APLK attend un suivi régulier de la part de Saguenay afin d'apporter les corrections nécessaires pour une amélioration optimale. Selon lui, l'entretien de la végétation riveraine passe avant tout par l'éducation et la sensibilisation de la population.

« Ce règlement, c'est aussi pour sécuriser les citoyens, pour réglementer le secteur », analyse la conseillère municipale.

Un site Web sera mis à la disposition des riverains afin de les accompagner dans la démarche de rétablissement des bandes riveraines. Il proposera plusieurs choix de plantes adaptées au secteur et aux particularités du sol. L'organisme Eurêko offrira un programme d'aide technique sans frais à tous les citoyens qui le souhaitent, afin de reboiser leur terrain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer