Zoo de Saint-Félicien: la mort de 19 caribous reste inexplicable

« Les deux seuls caribous qui ont survécu à... (Archives Le Progrès, Louis Potvin)

Agrandir

« Les deux seuls caribous qui ont survécu à l'épidémie (dont celui sur la photo) se nourrissaient exclusivement du lait de leur mère », fait remarquer la directrice générale, Lauraine Gagnon.

Archives Le Progrès, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat

Stagiaire

Le Quotidien

Malgré de nombreuses analyses, rien ne semble pouvoir expliquer les morts subites de 19 caribous au Zoo sauvage de Saint-Félicien, pendant l'été 2015.

« On a des soupçons, mais on n'a jamais été capables de prouver quoi que ce soit », déplore la directrice générale du Zoo, Lauraine Gagnon.

Depuis les décès, l'équipe du zoo sauvage s'est entourée des meilleurs spécialistes pour réaliser des nécropsies, mais aucun résultat ne semble concluant. « On a travaillé avec les meilleurs laboratoires au Canada et même aux États-Unis, mais on n'a trouvé aucune explication scientifique », explique Mme Gagnon.

En plus des carcasses, l'eau et le foin des bêtes ont été analysés et ont révélé que les bêtes pourraient avoir été affaiblies par une toxine présente dans la nourriture. Cependant, il n'est pas possible d'établir un lien entre les 19 morts. « Les deux seuls caribous qui ont survécu à l'épidémie se nourrissaient exclusivement du lait de leur mère », fait remarquer la directrice générale.

Plusieurs changements

Depuis ces analyses, le zoo a appliqué plusieurs changements, notamment au niveau de l'alimentation des animaux, même si les caribous ont des besoins complexes. « On a fait des tests d'eau partout où les animaux pouvaient s'abreuver, on n'a rien trouvé. Il faut vraiment se concentrer sur la nourriture », précise Lauraine Gagnon.

Le ver des méninges, en partie responsable des décès de plusieurs caribous forestiers, est écarté de la liste des causes possibles. « Il n'y a aucun lien avec ce parasite. Le ver est transmis par le cerf de Virginie et nos bêtes n'ont aucun lien avec cet animal », fait valoir Mme Gagnon.

Reconstituer un troupeau

Le Zoo sauvage a entrepris les démarches pour reconstituer un troupeau de caribous au sein de son installation. « On a une accréditation qui nous permet d'avoir accès à toutes les listes d'animaux qui sont disponibles sur la planète », explique la directrice qui espère pouvoir reconstituer un cheptel de 15 bêtes minimum.

Même si l'équipe n'écarte pas la possibilité d'en acheter dans d'autres institutions zoologiques, elle est plus enclin à la venue de bêtes qui vivent déjà au Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer