Réjean Hudon, plus connu grâce à la rue de Vienne

Le conseiller municipal Réjean Hudon... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Le conseiller municipal Réjean Hudon

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le conseiller municipal Réjean Hudon croit être en mesure de convaincre les électeurs de son district de lui faire à nouveau confiance pour un deuxième mandat. Le représentant du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) affrontera l'indépendant Charles Cantin, une perspective qui, dit-il, ne lui inspire aucune crainte.

Avec un franc-parler qui lui est propre, l'échevin a fait valoir que tout le monde a le droit de se présenter et qu'il est, en fait, bien content de savoir que des adversaires se manifestent. L'Équipe du renouveau démocratique (ERD) devrait annoncer son candidat prochainement.

« Je n'ai pas de problème avec ça. Les relations avec M. Cantin sont bonnes. J'avance dans mon quartier comme d'habitude. Le dossier de la rue de Vienne a été un gros dossier pour moi, mais je suis content du résultat. Ça m'a fait de la publicité [...]. Je suis maintenant connu comme Barabbas dans la Passion ! », s'est exclamé le conseiller, avec humour.

Rencontré cette semaine aux bureaux de la STS, un organisme paramunicipal dont il est le président, Réjean Hudon a indiqué qu'il considère son association à un parti comme un avantage pour les électeurs et non le contraire.

« Au début, j'étais indépendant, mais quand le parti a été créé et qu'on m'a demandé de signer, j'ai signé tout de suite. Le ministère a dit qu'il voulait qu'il y ait de plus en plus de partis. De toute manière, ce n'est pas le parti qui va changer le gars », dit-il candidement.

Programme

Réjean Hudon n'est pas prêt à lever le voile sur son programme électoral, mais promet qu'il s'engagera à plusieurs chapitres pour l'avancement de son secteur. À l'instar de sa collègue Sylvie Gaudreault, il milite en faveur de la concrétisation du projet de refonte du parc de la Rivière-aux-Sables. Quant au sort de l'ancien Walmart, vacant depuis 2005, le conseiller ne voit pas d'issue à ce dossier pour l'instant. Un autre immeuble du boulevard René-Lévesque, celui de la succursale jonquiéroise de Bureau en gros, sera bientôt vide, dans la foulée du déménagement du magasin au Centre Jonquière. Aucun locataire ne s'est manifesté pour l'instant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer