Des investissements pour la forêt et l'agriculture

Un montant de 159 millions $ a été inscrit... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Un montant de 159 millions $ a été inscrit au budget présenté mardi par Québec pour stimuler les investissements dans le monde agricole.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le budget 2017 du gouvernement du Québec prévoit des investissements pour soutenir la foresterie et l'agriculture au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais rien pour l'industrie de l'aluminium.

Une somme de 46 M $ sera injectée au cours des cinq prochaines années pour soutenir l'innovation dans le secteur forestier québécois. Pour le domaine agricole, c'est un montant de 159 M $ qui est réservé pour stimuler les investissements.

Dans le climat d'incertitude qui plane sur l'industrie forestière, ce montant de 46 M $ semble modeste. Rien n'est prévu dans le budget pour contrer le conflit sur le bois d'oeuvre avec les Américains. Le gouvernement se tourne du côté du fédéral pour qu'il mette en place un programme de prêts et de garanties de prêt.

Concernant la foresterie, de la recherche sera réalisée pour moderniser les scieries du Québec. Une somme de 13 M $ a été octroyée à FPInnovations pour élaborer un projet de scierie de l'avenir permettant de concevoir de nouveaux modèles d'affaires. On vise l'optimisation de chaque bille qui passe au sciage.

FPInnovations va élaborer de nouveaux concepts et procédés pour la transformation du bois, notamment par des essais industriels, des démonstrations et des applications commerciales dans des scieries afin d'augmenter de 30 % la récupération du bois, de réduire de 20 % le volume de production de sous-produits et accroître les revenus des scieries par une plus grande présence dans des marchés non traditionnels. 

Ce projet devrait entraîner des investissements de plus de 40 M $. 

Le budget 2017 ne prévoit rien pour l'aluminium. Il faut rappeler qu'une somme de 32,5 M $ avait été dégagée en 2015 pour élaborer une stratégie de diversification sur trois ans.

Programme Innovation bois

Face au succès du programme Innovation bois, le gouvernement Couillard a décidé de doubler l'enveloppe de 22,5 M $. En effet, depuis son annonce en 2016, 50 % des sommes annoncées ont été engagées. D'autres projets font l'objet d'analyse et pourraient se concrétiser.

Ce programme vise à encourager la recherche et la création de produits et de procédés innovants en foresterie.

Panneaux de bois composites

Le Plan économique du Québec prévoit une somme de 4 M $ sur quatre ans pour l'implantation d'une plateforme d'innovation pour soutenir et accélérer le développement d'une nouvelle génération de panneaux et de bois d'ingénierie composites.

Une aide qui pourrait peut-être servir à la relance de l'usine de Panneaux Chambord par Norbord.

Finalement, le gouvernement octroie 2 M $ à l'organisme Cecobois pour utilisation du bois dans la construction commerciale.

Agriculture

Pour l'agriculture, 95 M $ sont réservés pour soutenir la construction et la rénovation de bâtiments agricoles afin d'améliorer le bien-être des animaux et augmenter le rendement énergétique.

Environ 2000 entreprises agricoles pourraient bénéficier de cette aide qui pourrait se traduire en des investissements de 300 M $.

Par ailleurs, 42,5 M $ sur cinq ans seront dégagés pour aider l'agriculture biologique et l'innovation en transformation alimentaire.

Comme la vente des produits biologiques a augmenté de 10 % au cours des 10 dernières années, le gouvernement veut donc aider la conversion vers ce type d'agriculture.

Pour la transformation alimentaire, afin de percer les marchés, les entreprises doivent développer de nouveaux produits et améliorer leurs procédés.

De plus, 14 M $ seront injectés pour aider les entreprises agricoles à réduire leur utilisation de pesticides.

Serres

Le gouvernement instaure un nouveau programme de rabais d'électricité pour favoriser le développement des serres.

Avec ce programme, les entreprises pourront bénéficier d'un rabais d'électricité maximal de 20 % pendant quatre ans, qui permettra un remboursement équivalant à 40 % des investissements admissibles effectués.

Rappelons qu'en 2016, un programme de rabais d'électricité pour les grands industriels a été implanté. Plus d'une quinzaine d'entreprises ont déposé des demandes liées à des projets représentant des investissements de près de 800 M $ dont six dans la fabrication de papier et deux en foresterie.

Tourisme

Pour ce qui est du tourisme, une somme de 125 M $ sur cinq ans est prévue, notamment 50M $ seront ajoutés pour l'aide aux projets touristiques d'envergure et 35M $ pour soutenir les festivals et événements. L'industrie touristique régionale pourrait bénéficier d'une partie de ces sommes.

Autochtones

Le plan économique du Québec prévoit l'ajout de 195 M $ pour soutenir différentes initiatives dans les communautés autochtones. De cette somme, 60M $ sur cinq ans serviront aux projets de développement social. Puis, 135M $ seront ajoutés au Fonds d'initiatives autochtones qui fonctionne bien. Depuis sa création en 2006, 750 projets ont été soutenus pour des investissements totaux de 517M $. De l'argent supplémentaire qui sera bien accueilli par Mashteuiatsh.

7 M $ pour le caribou forestier

Une somme de 7 M $ sera injectée sur trois ans pour réaliser un plan de gestion du caribou forestier.

Le gouvernement souhaite faire des inventaires aériens pour avoir l'heure juste sur la population de cette espèce. En déterminant le nombre de caribous et en ayant une meilleure connaissance de leur habitat, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pourra mettre en place les mesures pour optimiser leur protection.

De plus, de nouvelles pratiques pour l'aménagement de la forêt boréale seront mises à l'essai en vue de réduire les perturbations de l'habitat du caribou.

Une somme de 2 M $ est prévue cette année pour son application.

Ces deux initiatives visent à améliorer le Plan d'action pour l'aménagement de l'habitat du caribou forestier adopté en 2016. Si ce plan respecte les exigences formulées par le gouvernement fédéral, les répercussions sur la possibilité forestière seraient majeures.

Tordeuse du bourgeon de l'épinette

Le gouvernement répond aux inquiétudes des propriétaires de forêts privés qui craignent les ravages que pourrait causer la tordeuse du bourgeon de l'épinette.

Une somme de 10 M $ sera accordée à la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) pour faire de la pulvérisation ciblée dans les secteurs touchés et à risque.

L'infestation a gagné plusieurs lots forestiers dans la région et les pertes économiques seront importantes. Aux yeux du gouvernement, la forêt privée représente « un pilier économique. » « Elle soutient près de 25 000 emplois directs et génère un chiffre d'affaires annuel de 2,5 milliards de dollars. La forêt privée contribue, par ailleurs, à près de 20 % de l'approvisionnement des usines de transformation du bois au Québec », mentionne-t-on dans le budget 2017.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer